FacebookTwitter
Webzine
septembre 2014

Retour à la liste

William Friedkin, Lloyd Kaufman, Julie Gayet Takashi Miike : Semaine chargée au BIFFF

Après une ouverture en fanfare, le BIFFF a connu un long WE pascal marqué par quelques petits couacs (l’annulation de la projection de The Road, dimanche à 18 h ; la défection de dernière minute du réalisateur espagnol Alex De la Iglesia,…) mais parsemé aussi de moments mémorables (la visite de Terry Gilliam, adoubé chevalier de l’ordre du corbeau et toujours aussi bouillant d’enthousiasme, d’énergie et de projets malgré une évidente fatigue), et souligné par l’affluence d’un public d’indéfectibles aficionados. La semaine qui vient s’annonce elle aussi pleine de surprises.

William Friedkin, Lloyd Kaufman, Julie Gayet Takashi Miike : Semaine chargée au BIFFF

Au rayon des invités, le BIFFF attend la venue (non encore 100% confirmée mais on l’espère vivement) de William Friedkin (French Connection, l’Exorciste…) pour la projection de son film Killer Joe, jeudi à 20h. Déjà dans nos murs, le producteur américain Lloyd Kaufman viendra soutenir ce mardi à 24h la projection du film Father’s Day. Au menu : strip-teaseuses avec des tronçonneuses, incestes crapuleux, humour déviant, petit crochet par les enfers… c’est du lourd. Auparavant, Kaufman aura donné une leçon de cinéma à toute personne intéressée par le thème Comment produire un film pour pas cher? Il aurait pu la faire en duo avec notre compatriote Jean-Jacques Rousseau, qui dédicaçait hier après-midi le DVD de son Karminski Grad tout frais sorti chez Imagine

Parlons donc de la présence du cinéma belge au BIFFF. On commence ce mardi, à 18h, avec la projection de Carré blanc, une coproduction minoritaire belge où interviennent notamment les liégeois de Tarantula. Le film de Jean-Baptiste Léonetti dépeint un monde futur totalitaire qui encourage ouvertement la délation et l'humiliation de son prochain, l'élimination des éléments les plus faibles, et la défense des valeurs familiales, de la politique nataliste et de la pratique du croquet. La critique sociale des dérives neo-libérales actuelles sur fond de fondamentalisme religieux est sans concession. Sur la scène du BIFFF, le film sera défendu par l’actrice Julie Gayet, mais Sami Bouajila, Dominique Paturel ou Jean-Pierre Andréani figurent également dans sa distribution. Vendredi, c’est macaroni, mais c’est aussi la journée belge. Nous y reviendrons, mais notez déjà la projection de The Incident, vendredi à 18h. Stéphane Quinet et Artemis, sont aux commandes de cette production, belge majoritaire celle-là. Dans un asile psychiatrique placé sous haute surveillance, une panne d’électricité provoque la mise hors service des systèmes de sécurité. Une aubaine pour la poignée de criminels psychopathes qui y sont internés. Le personnel, les gardiens et autres flics n’ont qu’à bien se tenir. Aux manettes, Alexandre Courtès, connu pour ses vidéoclips pour U2, The White Stripes, Jamiroquai… dont c’est le premier long, et au montage, Baxter (La colline avait des yeux ou Piranha 3D), Ca va saigner.

Encore quelques tuyaux, susurrés dans le creux de l’oreille ? Ne manquez pas Ace Attorney, la dernière folie du cinéaste culte Takashi Miike (The Audition) inspiré du jeu vidéo Phoenix Wright où, pour défendre leurs clients, les avocats s’affrontent dans une arène au lieu de plaider au Tribunal (jeudi 12 à 15h30’). Ou encore Juan de los muertos, ou les zombies à La Havane (qui a demandé si c’était un documentaire ?) jeudi à 22h. Et ne négligez pas les animations : les superbes marionnettes géantes de la Freeeks Factory qui ont fasciné Terry Gilliam ou encore le traditionnel Body Painting Contest…

Marceau Verhaeghe


BIFF Brussels International Fantastic Film Festival du 5 au 17 avril, Tour et taxis Bruxelles. Détails et programme complet sur www.Bifff.net