Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Mots-clés : édito,
 

200 webzines au service du cinéma belge

18 ans d'existence sur la toile et 200 publications mensuelles uniquement tournées sur le cinéma belge. Cinergie.be n'a eu de cesse d'informer ses lecteurs sur tout ce qui se trame dans le 7ème art belge francophone mais aussi, et de plus en plus vu son intérêt grandissant, dans le cinéma flamand. Critiques, entretiens avec les professionnels, visites sur les tournages, dossiers, etc. Des milliers d'articles accumulés tout au long de ces 18 années sont librement accessibles sur le plus ancien site belge qui aborde toutes les facettes de notre cinéma. A l'occasion de la publication de ce 200ème numéro, la Trois/RTBF consacrera une soirée programmée par cinergie de courts métrages coproduits par la télévision publique : « Tout Court » du 21 janvier. D'autres événements suivront pour souligner ce 200ème numéro.

Sans l'aide publique, le cinéma belge ne pourrait jamais concurrencer les grosses machines de l'industrie cinématographique, qu'elles soient américaines ou même françaises. Ce soutien se manifeste à chaque étape, de l'écriture d'un film jusqu'à sa projection publique, de diverses manières et à des niveaux très divers.

Dans le webzine de décembre 2014, Véronique Pacco nous avait expliqué les rouages de la Commission de sélection, comment les groupes d'experts décident des projets de films à soutenir, etc.

Pour ce numéro 200 de cinergie.be, nous avons rencontré la Directrice du Centre du Cinéma de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Jeanne Brunfaut (pour être totalement précis, Directrice générale adjointe du Service Général de l'Audiovisuel et des Multimédias), pour nous pencher sur les activités menées pour la promotion du cinéma auprès du public, ou comment faire parler du cinéma belge francophone, première étape vers la notoriété.

La cérémonie des Magritte dont semblait se moquer la profession et faire lever les sourcils du public, est la preuve qu'à force de taper sur le clou, il finit par entrer dans l'inconscient collectif et trouver sa place dans le paysage audiovisuel. Autant la descente du tapis bleu faisait ricaner, autant, aujourd'hui, tout le monde revendique son droit à concourir aux votes des professionnels du 7e art choisissant les meilleurs parmi eux. Les professionnels ayant participé à la réalisation des longs métrages de fiction, mais aussi des courts métrages, des documentaires et des films d'animation.

Les prochains défis vont dans le sens de l'éducation à la culture en général, et au cinéma en particulier. Education permanente et enseignement devront unir leur détermination pour s'ouvrir au monde de la création artistique et l'inclure dans les valeurs à plaider. Le moment semble idéal avec un atout majeur, une seule et même ministre pour les deux matières : culture et enseignement sont enfin unis sous une même direction ! Ils ne pourraient qu'aller vers un même sens.

Bilan au plus tard dans quatre ans.

 

commentaires propulsé par Disqus