Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/12/1998
Mots-clés : critique de cinéma,
 

A la place du coeur de Robert Guediguian

Enfin, le festival ferma ses portes avec le dernier opus de Robert Guédiguian : A la place du coeur. Conteur exceptionnel, l'homme avait toujours réussi à danser sur le fil du rasoir des sentiments vrais sans jamais tomber dans les pièges du mélo. Il n'a pas pu les éviter ici. C'était pourtant une bien belle histoire que celle de Clim', de son ami black Bébé et de ces deux paisibles familles unies par une adversité (Bébé emprisonné injustement) qui pousse les protagonistes à sortir d'eux mêmes jusqu'à la révolte. En outre, A la place du coeur fourmille de ces personnages merveilleux dont le secret de fabrication est breveté Guédiguian (le proprio de Clim', le chauffeur de taxi bosniaque, le restaurateur...).
Mais, au lieu de se battre pour donner au film la pêche de Dieu vomit les tièdes, le cinéaste surcharge son scénario de misérabilisme foireux jusqu'au cliché. On lui pardonne d'autant moins cette accumulation qu'elle affadit l'univers hypersensible d'un auteur qui n'a pas son pareil pour restituer la réalité quotidienne de gens qui rendent au mot dignité humaine un sens depuis longtemps oublié. A la place du coeur est un beau film, mais c'est un faible Guédiguian.

 

commentaires propulsé par Disqus