Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
30/11/1999
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Antipoden de Frodo Kuipers

De la nécessité du lien

L'idée à la base d'Antipoden est à la fois simple et géniale. Deux maisons sont accolées l'une à l'autre par la base, l'une étant comme le reflet de l'autre dans l'eau. Matin et soir, le système se retourne : la maison du dessous devient celle du dessus et vice-versa. L'habitant de la maison du dessus s'est parfaitement adapté à la situation et vit parfaitement heureux jusqu'au jour où un voisin vient habiter l'autre maison. Celui n'est pas au courant des habitudes du premier et fait les choses à son idée, à la grande colère de son voisin. Au lieu de s'entendre, les deux commencent à se tirer dans les pattes avec comme conséquence la destruction du système fragile qui leur assurait gîte et couvert.
Antipoden est l'exemple parfait de ce qu'est un court métrage réussi. Tous les éléments se combinent pour en faire un vrai régal de film dans lequel les idées plus réjouissantes les unes que les autres se ramassent à la pelle. L'animation (en papier découpé) est incisive, fraîche et dynamique, l'illustration sonore combine mélodies simples et bruitages expressifs. La narration, alerte et inventive, passe avec beaucoup d'humour. Le tout est emballé avec une revigorante vitalité mise au service d'une histoire aux réminiscences contemporaines d'une étonnante pertinence. Antipoden nous dit avec verve et de manière toute simple une vérité élémentaire mais qu'aujourd'hui, on a l'air d'avoir beaucoup oublié : c'est que, pour vivre avec les autres en harmonie, il faut les connaître, créer le lien, et que la guerre, la destruction, la misère commencent toujours par le repli sur soi et le refus du contact. Le tout dans un petit dessin animé drôle, vivant et sans beaucoup plus de prétentions, dont la vison, comme le disait notre collègue Alexandra Duez en leur remettant le prix Canal +, devrait être obligatoire dans un rayon de 100 km autour de Jérusalem pour les belligérants des deux camps. Et peut-être aussi à la Maison Blanche ?

commentaires propulsé par Disqus