Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
février 2007
13/02/2007
Mots-clés : festival,
 

Arnaud Demuynck et La Boîte,…Productions sous les projecteurs du festival Anima

A l’occasion de son édition 2007, le festival Anima offre une carte blanche à Arnaud Demuynck, devenu, en quelques années et à quarante balais, un incontournable du cinéma d’animation de court métrage en Belgique et en France.

Scénariste de formation, il entame voici quatorze ans une carrière de producteur indépendant au sein de Lux Fugit Filmsqu’il crée en compagnie de Manuel Poutte, Dominique Wittorski et Catherine Montondo. Après quelques productions remarquées (Moï Den O de Manuel Poutte, Le temps d’un soufflé de Kita Bauchet, Étrangetés du soir de Catherine Montondo…) il fonde, fin 1997, La Boîte,… sa propre société de production.

En 2001, il se spécialise exclusivement dans la production de courts métrages d’animation et enchaîne, depuis, des films qui se distinguent dans de nombreux festivals.Citons parmi les plus prestigieux la Femme papillon, de Virginie Bourdin, Le Portefeuille, de Vincent Bierrewaerts, Square Couine et Les Fables en Délire, de Fabrice Luang-Vija, L'Ecrivain, de Fritz Standaert ou encore Bonhommes de Cécilia Marreiros Marum (la liste est loin d’être exhaustive).

Des succès rendus possibles grâce à un système de coproduction internationale ingénieusement mis au point. Autre corde à l’arc de cet infatigable bosseur : il réalise, en 2001, son premier court métrage : L'Ecluse. Une fiction en images réelles qui ne le satisfait qu’à moitié. En 2003, c’est le tour de Signes de vie, premier volet d’une « trilogie chorégraphique » dans laquelle il aligne autour de thèmes graves (le deuil, l’intégration, l’enfermement, …) des dessins animés à l’univers graphique chaque fois renouvelé et dans lesquels la danse est utilisée comme forme privilégiée d’expression des émotions. Après Signes de vie, suivront en effet, A l’ombre du voile en 2005 et tout récemment l’Évasion, dont la première belge aura lieu à l’occasion du festival Anima.

Outre ses activités de scénariste, producteur et réalisateur, Arnaud est également un militant convaincu de la cause du court métrage. Il se bat sans relâche pour lui voir conférer le statut, qu’à ses yeux, il mérite : celui d’objet artistique avec un potentiel de viabilité économique.
Quoi d’étonnant donc si, à côté de sa carte blanche qui le verra programmer la crème des films produits par La Boîte,…Productions, il a convaincu les organisateurs d’Anima de mettre sur pieds une table ronde sur le  thème de la coproduction et la diffusion du court métrage d’animation. Un moment qui promet d’être passionnant car l’homme a des choses à dire et n’a pas pour habitude de mâcher ses mots sur ces problématiques qui lui sont chères. 

En ouverture de cet instant privilégié du festival, Cinergie lève un coin du voile à l’occasion d’un long entretien que nous a accordé Arnaud Demuynck. Il y raconte son parcours et s’explique sur le sens de ses combats, nous confie quelques-uns de ses rêves et de ses désirs. En prime, nous vous présentons sa dernière folie : un site Internet de vidéo à la demande, en téléchargement payant, entièrement consacré au court métrage d’animation.  C’est Toondra.com, dont le catalogue présente déjà quelques beaux fleurons : tous les films de La boîte,... mais aussi la collection complète des Panique au Village de Patar et Aubier, et bientôt les fleurons de l’animation indépendante française, de Folimage à Lardux en passant par Vivement lundi. En cerise sur le gâteau, nous revenons sur ses activités de réalisateur à l’occasion de l’achèvement de la trilogie chorégraphique, une série profondément originale à haute valeur d’émotion ajoutée.  Moteur et… Action ! 

A lire :

- L’entretien avec Arnaud Demuynck

- Toondra.com, une expérience originale sur Internet

- La trilogie chorégraphique : quand le mouvement se charge d’émotion.

 

commentaires propulsé par Disqus