Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
13/07/2006
 

Arrêt sur image : Jean-Luc Godard

Jean Luc GodardGodard, février 1984. C’est la sortie en salle de Prénom Carmen, raison pour laquelle l’équipe du magazine Visions s’est déplacée à Rolle, en Suisse, pour s’entretenir avec le réalisateur de Sauve qui peut (la vie). Après une attente interminable dans une bourgade qui jouxte le lac Léman, nous parvenons à rejoindre Jean-Luc Godard qui rentre d’une journée de tournage. Bien que détestant les photographes, Godard se laisse capter (à défaut d’être captivé) par l’objectif. Quelques années plus tard, en avril 2006, le Centre Pompidou lui consacre une exposition : Voyages en Utopie et « Les Inrocks », un numéro Hors série dans lequel Philippe Azoury évoque, avec pertinence, Godard comme le « seul postmoderne possible ». Et d’ajouter : « Il cite comme on prend des notes : entendre cela au sens littéral, comme un DJ aujourd’hui prend des notes à un autre et les redistribue à partir de ses agencements à lui ». En même temps, François Nemer publie Godard (le cinéma) aux éditions Gallimard et cite cette phase toujours aussi actuelle : "Mettre en scène est un regard, monter est un battement de cœur"  (Montage, mon beau souci).
Leica R4 S, 90mm.

commentaires propulsé par Disqus