Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
 

Au plus haut des cieux Quentin Piron

Au plus haut des cieuxIllustration Gwendoline Clossais

Un immeuble soi-disant bon pour la casse, et voilà qu’on vire tous les habitants dans une urgence intolérable. Des valises éventrées traînent dans des couloirs glauques, un méli-mélo de vêtements et d’objets en tout genre est parsemé comme dans une décharge, une poupée trahit l’ancienne présence d’un enfant, des ustensiles de cuisine n’ont même pas été dépendus. Mise devant le fait accompli, une dame de pratiquement 4X20 années se retrouve dans un home qu’elle compare à un mouroir. Sans véritable envie de vivre, le laisser-aller semble la gagner afin de rejoindre tous ceux qu’elle a déjà perdus, tantôt une tante, tantôt son demi-frère, … Mais c’est surtout à retrouver feu sa mère et la tranquillité qu’elle aspire. Pourtant, elle a la foi. Catholique pratiquante, elle côtoie les fidèles à l’église, participe aux chansons religieuses. Elle a même, dans sa chambrette, une collection de crucifix qu’elle a sauvés du brol de l’immeuble. Un curé en serait jaloux. Alphonsine est une parmi tant d’autres personnes âgées laissées pour compte par leur famille, par leur destin. Elle est à la fois bienveillante (trop) et revancharde, et on ne peut rester insensible à son tempérament brut de décoffrage, bien trempé et fragile à la fois.

Thierry Zamparutti et Gwendoline Clossais
commentaires propulsé par Disqus