Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Mots-clés : animation,
 

Avril et Le Monde truqué de Franck Ekinci et Christian Desmares

Du neuvième au septième art, quand les personnages tardiesques prennent vie

Un film d'animation franco-belgo-canadien inspiré de l'univers du célèbre bédéiste français Jacques Tardi: un projet qui envoie. Cristal du long métrage au dernier festival d'animation d'Annecy, Avril et le Monde truqué de Franck Ekinci et Christian Desmares (directeur de l'animation sur Persepolis de Marjane Satrapi) est arrivé en avant première au cinéma Sauvenière à Liège. Après l'effort des spectateurs présents dans la salle, agitant sans répit leurs bras musclés pour lancer la grande machine, nous voilà partis pour un voyage dans le temps, un flashback dans la France des années quarante, un voyage dans un monde historiquement modifié, magnifié par les traits de fusain de l'auteur, entre autres, d'Adèle Blanc Sec

On débarque en 1941. Napoléon V règne sur la France. Les savants disparaissent mystérieusement, donc pas de découvertes, donc pas de super inventions, donc le monde est plongé dans un obscurantisme le plus total où le charbon et la vapeur restent les plus grandes avancées... Avril, jeune fille téméraire et solitaire, évolue dans toute cette poussière avec son fidèle félin loquace, Darwin, et Julius, un jeune vagabond ex-bagnard. Le trio infernal part à la recherche des parents d'Avril, grands scientifiques, disparus eux aussi. Bref, une épopée pleine de rebondissements qui va mener les protagonistes en plein milieu d'une drôle de forêt où ils vont tomber nez-à-nez avec les ravisseurs de savants...

Première jolie découverte: le générique. On se promène dans un laboratoire plein de brols, une panoplie d'objets qui présentent l'équipe du film. Marion Cotillard (Avril dans le film) est par exemple, un petit papillon épinglé dans une vitrine. Toute l'équipe est plutôt attirante. Il y a les Belges (c'est en effet une coproduction): Bouli Lanners est un vil policier moustachu aux trousses d'Avril, Olivier Gourmet se transforme en papa scientifique bedonnant, Anne Coesens en Madame Varan prônant le Bien. Il y a des Canadiens et des Français: Jean Rochefort en papy savant fou ingénieux et Philippe Katerine en matou parlant (qui rappelle Le Chat du Rabin de Joann Sfar...). Des personnages ancrés, parfois fort ressemblants aux acteurs d'origine, aux caractères bien trempés.

Deuxième coup de cœur: l'univers de Tardi transposé dans un dessin animé. Pas une mince affaire diront certains. Et les deux réalisateurs ont réussi leur pari. Pour coller au mieux à l'univers de Tardi, ils ont opté pour une animation aux traits japonisants, des dessins plus rigides avec moins de déformations et moins de fluidité. Choix judicieux qui rappelle les planches de l'illustrateur de Céline. La société liégeoise Digital Graphics a donné un coup de pouce pour le compositing et les effets spéciaux. Un monde où Paris et Berlin sont reliés par un téléphérique qui commence son voyage entre deux tours Eiffel jumelles. Maison sur pattes qui se déplace comme une énorme araignée, à la Miyzaki. Monde rétro-futuriste où l'attention est portée au moindre rouage de chaque machine.

Enfin, petit coup d'œil sur le scénario qui mérite aussi toute notre attention. Utilisant l'uchronie, réécriture de l'Histoire en modifiant un événement du passé, Franck Ekinci et Benjamin Legrand inventent un monde parallèle. Et si tout avait été différent? Sans électricité, sans aviation, sans moteurs à explosion? Il faut trouver une solution pour palier l'épuisement des ressources. Benjamin Legrand, ami de Tardi depuis une trentaine d'années, a repris des éléments propres au dessinateur avec, notamment, la création d'une héroïne intrépide, le dérision du pouvoir et de l'autorité. Même si Tardi n'a pas pris part à l'écriture du scénario, il a supervisé toutes les étapes de l'écriture.

Bref, Avril et le Monde truqué, il ne faut pas le rater parce que c'est très beau, drôle et intelligent. Un dessin animé pour les grands et les petits. Amateurs de Tardi, vous ne serez pas déçus. D'ailleurs, le dessinateur français approuve le résultat à 100%. Il se laisserait d'ailleurs bien tenter par une seconde expérience... Hâte!

commentaires propulsé par Disqus