Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/07/2004
Mots-clés : sortie en DVD,
 

Balanz de Nicola Simon

C'est une révolution ou une mutation ? En tout cas, voilà un des premiers DVD qui sort après avoir été tourné en DV-Cam sans passer par le kinéscopage de la pellicule 35mm. Cela se passe couramment en République populaire de Chine à cause de la censure idéologique qui y sévit. C'est le cas notamment du très beau film : Plaisirs inconnus de Jia Zhang Ke ou de Love will tears us Appart de Yu Lik Wai. Chez nous se sont plutôt les contraintes économiques qui boostent le numérique. Bravo donc au réalisateur Nicolas Simon pour son audace.
Balanz un « circomentaire » (un documentaire sur le cirque), l'un des plus vieux spectacles du monde qui, dés le générique, nous présente les protagonistes du film.
Johnny Gasser, un jeune artiste suisse reçoit carte blanche de ses parents pour monter un spectacle plus moderne que celui que produit les Gasser depuis cinq générations. Celui-ci réunit une troupe de jeunes venus de tous les horizons : Sébastien le diaboliste, Jippy et Catherine les voltigeurs québécois (tout à fait extraordinaires), Cyril le jongleur, Igor et Yuri les clowns russes. La chorégraphie qu'ils mettent en place est d'une très grande fluidité. Les artistes partent en tournée avec leur spectacle baptisé « Galerie ». Malheureusement les conflits surgissent dans un groupe où l'esprit collectif doit être primordial. D'abord avec les parents Gasser qui voudraient moins de modernité pour un public provincial habitué aux traditions, et entre les membres du groupe eux-mêmes dont certains ne supportent pas l'inconfort que vivent les gens du voyage. Le film nous montre de l'intérieur la vie quotidienne des circassiens comme on ne la jamais vue, le réalisateur du film bénéficiant de leur confiance, vivait dans les mêmes conditions qu'eux afin qu'ils oublient la caméra.
L'expérience se veut une métaphore des tensions entre modernité et tradition. Et surtout la question, on ne peut plus actuelle, de l'absence de transmission entre générations y est abordée.
La mise en scène est classique, une alternance de plans larges et de plans plus serrés. Choix judicieux lorsqu'on sait que beaucoup d'utilisateurs de la DV-Cam en profitent pour bouger leur caméra sans cesse, quitte à donner un torticolis au spectateur.
Le Bonus nous offre Andreï au pays des merveilles, un court métrage de Nicolas Simon. On y voit déambuler un clown à la Place Flagey, découvrant un billet de 20 sous une brique, il s'offre une bière qui ne le rafraîchit pas suffisamment puisqu'il éprouve le besoin de le faire dans les étangs d'Ixelles. ( de faire quoi ? enfin, JM on ne fait pas ses besoins dans les étangs d'Ixelles, un peu de respect pour les canards, que Diable !!) Le film comme tous les muets est accompagné d'une musique qui lui donne son rythme.
Par ailleurs, un document (Portraits-caravannes-tarots et tranches de vie) dresse le portrait de famille du cirque Gasser.

 

commentaires propulsé par Disqus