Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
06/04/2011
 

Benda Bilili de Renaud Barret

benda bilili ze filmRenaud Barret et Florent de La Tullaye ont donné, comme fil rouge à leur documentaire sur la musique de Staff Benda Bilili, Ricky le boss du groupe et un enfant des rues qui a quitté sa famille à 12 ans. À Kinshasa, dans la République démocratique du Congo, ce dernier navigue dans les rues avec un «satongé», une sorte d'instrument de fortune composé d'une corde entre un morceau de bois et une boîte de conserve. Les deux réalisateurs ont permis à Roger, le jeune mendiant, de rencontrer l'orchestre des musiciens des rues de Benda Bilili. Handicapés physiquement, ils sont devenus les stars du ghetto et roulent, du matin au soir, sur des fauteuils roulants customisés.
Les réalisateurs ont rencontré, pendant cinq ans, les musiciens qui parcourent la loi du plus fort dans la jungle des rues. Ils ont établi leur scénario au fil du temps, traversé par la musique de ceux qui ont reçu un triomphe lors de la présentation du film lors du Festival de Cannes 2010.
« Par réflexe, signalent les réalisateurs, on filmait tout ce qui se passait, en pensant, au début, à la promotion de l'album musical parce que comme il s'agit de musiciens des rues, ils ne sont pas habitués à la captation musicale en studio ».

Bonus

Renaud Barret et Florent de la Tullaye ont décidé de faire un film sur les musiques urbaines à Kinshasa et découvrent les Benda Bilili qui jouent autour des restaurants de Kinshasa en faisant la manche. « On a écouté leur musique toute la nuit. Au matin, on s'est dit : il faut faire un album avec ces mecs-là ! » Et d'ajouter ceci : « On a fait trois films à Kinshasa à partir des outsiders qui sont la majorité de la population de la ville. On a constaté que les gens qui arrivent à rester dignes sont ceux qui créent des rêves. Autour de ceux-ci, ils embarquent trente à quarante personnes qui ne cessent de vivre la vexation, le chômage dans lequel ils ne peuvent que végéter. On est dans une surenchère du rêve de gens qui créent leur survie mentale et permet leur survie». Le jeune Roger est emblématique de cela. Ils le découvrent par hasard lorsqu'il passe furtivement en se servant de son incroyable instrument pour mendier. « Ce gamin a la foi dans son instrument par rapport à toute une population qui trébuche dans la rapine et le vol ».

Benda Bilili de Renaud Barret et Florent de La Tullaye, édité par Cinéart et diffusé par Twin Pics.

commentaires propulsé par Disqus