Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/03/2005
 

Beyond the Lost Star de Bert Blondeel

Beyond the lost starDeux astronautes, derniers représentants de notre race, errent dans l'espace à la recherche d'une planète oubliée : la Terre. Mélangeant harmonieusement images de synthèse et animations de volumes, Beyond the Lost Star de Bert Blondeel, une production de l'école flamande Sint Lukas de Bruxelles, est un voyage dense et envoûtant dans une science-fiction noire comme la nuit.
Ash et Rose, deux astronautes en quête d'une planète oubliée, sont réveillés avant terme de leur hibernation artificielle. Leur vaisseau est entré en contact avec un étrange navire, qui a tout de la cathédrale gothique flottante. A l'intérieur de ce qui ressemble finalement à une usine déserte, Ash est pris d'un angoissant sentiment de déjà-vu. La rencontre inattendue qu'il y fera lui apprendra qu'il est le jouet d'un dessein venu du passé.
Le mélange des volumes, aux textures très rudes, et des images de synthèse léchées fait merveille dans ce film de 20 minutes. Associé à un éclairage de noirs et de bleus dans une veine quasi expressionniste, il parvient à créer, malgré la contrainte du temps, un univers palpable et cohérent dont l'exposition est à la fois l'enveloppe nécessaire et le cœur du récit, et ce en évitant les principaux écueils du genre.
Les premières images de ce vaisseau, errant au ralenti et de ses habitacles vides, font  tout de même penser à "Alien" de Ridley Scott, mais c'est plutôt du côté des univers d'auteurs plus pointus tels Arthur C. Clarke, Philip K. Dick ou même Isaac Asimov qu'il faut aller chercher ses références pour pénétrer le monde, il est vrai un peu touffu, de l'étoile perdue. Surtout, ce projet atypique évite le piège du film de copains ("et si on faisait un film de s-f? et si on faisait un film de gangsters?"), dont sont encore victimes quelques courts de fin d'études présentés dans la sélection d'Anima 2005. Il s'agit bien ici de science-fiction dans tout ce que ce terme, auquel on préférera peut-être anticipation, peut avoir de noble (cf. les auteurs cités plus haut.)Un film visuellement envoûtant et oppressant où le destin des personnages nous invite à la réflexion sur ce que notre espèce espère de son futur et à l'exploration de notre nature profonde.

 

commentaires propulsé par Disqus