Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
février 2007
13/02/2007
Mots-clés : théorie du cinéma
 

Bilan du Centre du cinéma 2006

La Communauté fait son bilan. Au cours d'une conférence de presse qui réunissait, mardi 30 janvier 2007, la ministre de la Culture, de l'Audiovisuel et de la Jeunesse, Fadila Laanan, les membres de la Commission du film, le Secrétaire général de la Communauté française, Henry Ingberg, ainsi que nombre de professionnels du cinéma et représentants de diverses associations, un bilan des actions du Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel de la Communauté française de Belgique a été dressé devant un public tantôt enthousiaste tantôt frondeur.

Avec plus de 27 millions d'euros attribués en 2006 au secteur de l'audiovisuel (soit une augmentation de 2, 3 millions d'euros depuis 2004) ; plus de 9 millions destinés à la production ; 117 films soutenus par la Communauté française dont 22 longs métrages et parmi eux, 7 premières œuvres ; un peu moins d'une centaine de Prix dans les festivals internationaux, le bilan était plutôt positif. Tout en reconnaissant que les budgets du secteur audiovisuel restent insuffisants, la ministre soulignait leur augmentation de 21 % depuis le début de sa législature et annonçait la création d'une enveloppe de 100 000 euros pour le cinéma expérimental, la même somme pour soutenir l'émergence du réseau d'Art et Essai et de DIAGONALE (lire la news), des augmentation de budget pour la promotion et la diffusion (230 000 euros pour les films, un peu moins de 60 000 pour les festivals), et le reversement des sommes non dépensées en 2006 sur 2007. Plusieurs mesures sont aussi en chantier : la rédaction d'un décret en matière d'éducation à l'image et aux médias ; les discussions entamées avec la chaîne RTL-TVI délocalisée au Luxembourg en raison de la directive Télévision sans Frontière ; ses efforts pour que le crédit d'impôt français ne fasse plus obstacle à la circulation des talents…
Henry Ingberg soulignait toutefois qu'un tiers des films produits en Belgique l'était par le Vlaams Audiovisueel Fonds et représentait les meilleures entrées en salles : "Chaque film, chaque projet est un véritable combat, une aventure", a-t-il dit en saluant la combativité de tous les professionnels du secteur, " mais notre cinéma n'est malheureusement pas prophète en son pays" (lire les news box office I & box office II). Il s'agit donc de continuer à soutenir les initiatives nationales de promotion et de diffusion du cinéma belge francophone (comme le Prix des Lycéens qui a permis au jeune public de rencontrer ses auteurs). D'autres inquiétudes planent : la nécessité d'obtenir de nouveaux consensus en matière de production avec tous les opérateurs audiovisuels étant donné l'évolution rapide de ce secteur (émergence de nouveaux opérateurs, délocalisation etc.) , la question épineuse du Tax Shelter (notamment la question des sociétés intermédiaires), enfin, l'urgence à penser – et sans doute légiférer - les nouveaux modes de diffusion des images (numérique et Internet) avant d'être pris de court.

 

http://www.cineuropa.org/

commentaires propulsé par Disqus