Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
09/03/2009
 

Bill et Bob de Nicolas Fong

Bill et Bob est un film d’animation traditionnel qui revisite le thème de la gémellité sur le mode de l’humour et, pour citer le réalisateur qui présentait son film au Festival d’Anima, se veut un hommage au monde urbain.  

Film sans dialogues mais rythmé par une musique et des sons rebondissants, Bill et Bob a des allures de ronde sautillante et impertinente. Son dessin, qui évoque le graphisme des années 60 (on pense à Kiraz, mais aussi à Fabrice Parme) est léger, coloré, et très figuratif. Avec humour et élégance, Bill et Bob suit les destinées respectives de jumeaux qu’un tremblement de terre sépare. Tandis que l’un dans l’une de nos belles villes occidentales devient médecin, golfeur, Don Juan séducteur, l’autre, dans une pauvre ville africaine, est un gaffeur nonchalant et clownesque. Chaque geste du premier est répété par le second, qui commet, dès lors, catastrophe sur catastrophe. Un Gaston Lagaffe qui remet en question tous les ordres établis. Mais l’idée de la répétition incontrôlée qui suggère celle de la marionnette nuance fortement la charge politique (une Afrique mimétique) qu’un tel choix de scénario implique, d’autant plus que cette idée se conjugue à une chute qui nous laisse un peu sur notre faim. C’est que la terre continue à tourner. Les deux morceaux de monde, peu à peu, se rejoignent jusqu’au crash final et les jumeaux de se retrouver face à face, de mélanger les mondes et d’échanger leur place : le raté découvre avec bonheur les femmes superbes de son jumeau qui lui, se retrouve alors poursuivi par les employeurs mécontents de son frère. Elève à La Cambre où il a réalisé son film en cinquième année, Nicolas Fong a aussi bénéficié d’une aide à l’écriture de la SACD pour le scénario signéMedhi Hussain. Et si le scénario est ingénieux et très soigné, le propos du film, malgré des tas de bonnes idées, pose question...

commentaires propulsé par Disqus