Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
avril 2007

Vidéo

Entrevue

Critique

Sortie DVD

Arrêt sur image

Dossier

Evénements

Film dessiné

Tournage

05/04/2007
 

Bille August et Joseph Fiennes, réalisateur et acteur de Goodbye Bafana

A l’intérieur d’une petite pièce discrète du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, un certain 28 mai 2007. Deux plaquettes nominatives pas vraiment anonymes installent le décor de la conférence de presse de Goodbye Bafana, présenté en avant-première le soir même. Le film, né d’une envie belge (celle de Jean-Luc Van Damme, producteur de Banana Films) adapte « Le regard de l’antilope », le roman de James Gregory, le geôlier de Nelson Mandela pendant 25 ans. 

Le réalisateur, Bille August, est danois, déjà là, propriétaire d’une chemise blanche impeccable et de deux Palmes d’or (le très classique Pelle le conquérant et le très bergmanien Les Meilleures Intentions). Cette année, il est également l’un des cinéastes révélés par Cannes invités à participer au projet « Chacun son cinéma », regroupant 35 courts métrages de trois minutes sur le thème de la salle de cinéma. 

Venu tout droit de l’aéroport, son comédien, Joseph Fiennes (Shakespeare in Love) est britannique et canon mais a aussi un frère, une demi-heure de retard et les cheveux très courts. 

Bille August raconte qu’en recevant le script il y a quelques années, il a senti au bout de 20 pages qu’il était vraiment face à un projet spécial et unique. Joseph Fiennes, estime, pour sa part, que l’histoire de Goodbye Bafana est un vrai challenge pour un comédien parce qu’elle témoigne d’une humanité et d’une originalité extraordinaire. « Real people and events honour the reality of history. James is really in every man. »

 

 

 

commentaires propulsé par Disqus