Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
09/06/2013
 

Bowling Killers de Sébastien Petit

En 2012, histoire de célébrer les 30 ans du Festival du Film Fantastique de Bruxelles (BIFFF, pour les intimes), 12 jeunes réalisateurs se sont réunis pour former le "Collectifff", un organisme né pour rendre hommage à l’un des 5 principaux festivals de genre en Europe, ce à travers 12 courts métrages. Dernier arrivé de la bande, Sébastien Petit, remarqué notamment en 2008 pour Luneville, un court métrage racheté par TV5, nous a sans doute offert la plus belle surprise de cette fournée, en réalisant Bowling Killers.

bowling killersTourné en caméra subjective et à peine neuf (!) plan-séquences, ce western gore de dix minutes, filmé en une nuit face aux hangars de Tour & Taxis, narre l’histoire de deux joueurs de bowling qui, accessoirement, exercent le job de tueurs à gages. Mais problème : lors d’une mission entre deux tournois, ils ne parviennent pas à achever l’une de leur victime !

Avec ce sujet morbide - d’apparence, seulement - ce film noir, avec quelques relents tarantinesques assumés, réussit pourtant à être dominé par une tonalité absurde et plutôt drôle. Mais la force du film réside encore plus dans ce duo efficace, composé de Gerald Wauthia et Steve Driesen, dont le réalisateur ignorait que leur évidente complicité avait pris forme grâce au théâtre.

Mis à la place de la victime, le spectateur n’a donc qu’à se laisser emporter par le surréalisme ambiant, les dialogues décalés qui font mouche, une image impeccable et puis, la probable perception de quelques aspects métaphoriques bien sentis, faisant écho à notre quotidien, puisqu’en filigrane, le scénario se moque du nationalisme belge. Raison pour laquelle Bowling Killers est davantage qu’un simple film de genre, et qu’il suscite beaucoup d’attention de la part des autres festivals, belges comme étrangers.


Bowling Killers de Sébastien Petit – court-métrage fantastique – 2012 – 10’

http://bowlingkillers.com/

commentaires propulsé par Disqus