Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Février 2013
 

Bref 106

Bref, le magazine du court métrage, est disponible sur Internet, mais conserve une édition papier. Devenue récemment trimestrielle, elle publie son numéro 106. La programmation dans les festivals et les projections en salles sont désormais disponibles sur le site. La version imprimée se veut complémentaire, en consacrant davantage de pages à des dossiers plus substantiels.

Dans l'édito, Jacques Kermabon rappelle qu’en 1953, des producteurs, techniciens et réalisateurs avaient fondé « le Groupe des Trente » pour faire entendre la voix du court métrage. L'Agence du court métrage a trente ans, et édite, avec son tirage papier, son trentième DVD (une sélection de huit films sélectionnés au Festival d'Angers, "Premiers Plans").

couverture du magazine Bref« Trente ans de courts métrages en France », un dossier important, part de cet anniversaire pour naviguer dans plusieurs pays. Une mémoire géographique autour de courts par des entretiens avec ceux qui le diffusent dans des festivals au Portugal, en Grèce, en Espagne, en Suisse, au Québec, au Japon et au Brésil. Stéphane Kahn, programmateur à l'Agence du court métrage pose quelques questions sur les mutations industrielles. Passer en numérique a des avantages, mais aussi des inconvénients (contrairement aux longs métrages, les courts sont rarement restaurés en format DCP). Certains producteurs ne se soucient pas de la pérennité des films qui sont dans leurs catalogues. Etre visible en numérique, que ce soit en DVD ou en VOD, n'est pas suffisant pour conserver la copie d'un film. Il faut donc alerter « encore et toujours sur la disparition programmée de milliers de films, la tendance évidente à l'amnésie que notre époque favorise étant encore accentuée par une mutation technologique dont - en contrepartie de ses bienfaits (ne les nions surtout pas) - on n'a pas fini de mesurer les ravages. » Différentes Cinémathèques, dans le monde, se posent les mêmes questions.

Une nouvelle rubrique nous offre un entretien avec le producteur Emmanuel Chaumet qui a créé Ecce Homo une société ayant produit une trentaine de courts métrages et permis à un long métrage, La vie au Ranch de Sophie Letourneur de se réaliser. Son aventure avec Paulo Branco, acrobate du risque à tout prix, lui permet de découvrir le côté irrationnel de cette profession et l'idée que l'on peut se sauver avec un catalogue autour des réalisateurs que l'on suit d'un film à l'autre.

Palme d'Or au Festival de Cannes pour Entre les murs, Laurent Cantet est un enfant du court métrage, il en parle dans la rubrique « Gros plans », avant la sortie de Foxfire, confessions d'un gang de filles, son nouveau long métrage.

La célèbre rubrique de Michel Chion est toujours aussi stimulante : le numéro 4 de L'esprit d'escalier. Dieu est dans les détails. Pour certains d'entre eux, ils sont dissimulés par les cinéastes et ne se découvrent pas dans l'enchaînement des plans projetés dans une salle, mais seulement dans les ralentis de la diffusion en DVD. Michel Chion en parle dans plusieurs films avec des illustrations, notamment pour Citizen Kane de Welles et Une Passion d'Ingmar Bergman. Les lignes écrites que l'on découvre dans certains plans ne sont pas toujours les mêmes dans d'autres plans que celles que l'on découvre lors de « l'impression fugitive de la première fois ». Sauf que désormais, le réalisateur sachant que son film sera diffusé dans différents supports et que l'on peut faire des arrêts sur image, peut jouer sur la différence : deux films de Stanley Kubrick, Eyes Wide Shut et Shinning nous le montre (1) et, en avance sur son époque, Obsession de Brian de Palma.

Plein d'autres rubriques notamment sur les contrats de cession des droits d'auteur, ainsi qu'une carte blanche à Florence Miailhe, cinéaste d'animation et peintre.

Bref 106, 30 ans de courts métrages en France

Bref est diffusé dans des librairies bruxelloises, Tropismes, Filigranes, Darakan.

(1) Dans le numéro de janvier de Positif, un bel article (Le secret de la pyramide de Laurent Vachaud) sur les mondes secrets et parallèles (dont la franc-maçonnerie et l'ésotérisme) qui ont intéressé Stanley Kubrick de Docteur Folamour à Eyes Wide Shut.

commentaires propulsé par Disqus