Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/06/2001
 

Bref 48

Le festival Oh! ce court qui vient de s'achever ainsi que le débat qui a tourné autour d'une Agence du court métrage nous fournissent un tremplin idéal pour vous parler d'une revue sans équivalent dans le monde du cinéma : Bref.

Non ce n'est pas un artifice rhétorique de votre serviteur, c'est le titre de ladite revue trimestrielle. Le numéro 48 (printemps 2001) nous propose un dossier d'autant plus passionnant que nous y sommes indirectement intéressés : Internet et le court métrage. Dans un webzine précédent nous vous avions parlé d'Icuna.com le site de notre compatriote Mary Jimenez qui propose des films d'une minute sur le web.

Aujourd'hui Michel Coulombe pose la question plus générale du droit d'auteur et de l'intérêt de proposer des courts métrages en format timbre poche aux Internautes. Aux Etats-Unis, la croissance exponentielle du haut débit, a vu l'apparition de dizaines de sites consacrés au court métrage.

Bref , hebdomadaireL'un des plus connu étant Atomfilms, lequel " affirme avoir créé une nouvelle industrie, celle du court métrage " (nous sommes surpris que les américains ne revendiquent pas la paternité du fil à couper le beurre). Il va de soi qu'il s'agit d'inscrire dans le secteur du divertissement un genre qu'on a pas l'habitude d'associer au profit. " Quant à savoir ce que ce commerce rapporte exactement aux réalisateurs, c'est encore nébuleux. ", souligne, pince sans rire, le rédacteur de Bref. Ceci étant, L'Agence du Court métrage a conclu un protocole d'accord avec Eurocinéma, un site basé aux Etats-Unis. Une table ronde fait le point. Y sont abordés la cessation des droits et leur durée (certains les réclament gratuitement) et l'exclusivité de ceux-ci. De même qu'en est-il des sites de festivals qui les diffusent. Intéressante distinction du représentant du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel entre le streaming (diffusion en flux permanent) et le téléchargement qui n'est pas une diffusion en direct. Dans le premier cas de figure (streaming) le CSA se déclare compétent, pas dans le second. S'ensuit une joute verbale sur le droit à la copie privée, l'Agence ayant mis au point un système de rémunération pour chaque téléchargement via Eurocinéma et rappelant qu'il existe des systèmes d'encryptage performants (un chiffon rouge pour les hackers ?). Reste des sites comme Canalweb.com qui produit une émission en ligne consacrée a l'actualité du court métrage et envisage de produire de la fiction pour le net. Après un second dossier consacré au patrimoine : les courts métrages produits par Pierre Braunberger, Bref chronique de nombreux courts métrages dont : Raconte de Guillaume Malendrin, Pic Pic André de Stéphane Aubier et Vincent Patar et Wild blue de Thierry Knauff dont Jacques Kermabon (rédacteur en chef de la revue) écrit : " ce film qui ne ressemble à rien d'autre (…) est une œuvre magistrale, ouverte à tous, inépuisable. "
Contact : http://wwwagencecm.com/

commentaires propulsé par Disqus