Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
novembre 2006
10/11/2006
 

Brûler disaient-ils, ou la raison de la colère de Jawad Rhaleb

Extrait de Brûler disaient-ils, ou la raison de la colère de Jawad Rhaleb

Dans le style du reportage, le documentaire de Jawad Rhaleb surprend par son ton et son intensité. Ce journaliste de formation, initié aux techniques audiovisuelles sur le tas, possède avec maîtrise le langage des émissions télévisuelles; rythme des images soutenu, alternance de scènes chocs et d'images poignantes, entrelacements de paysages et de portraits, bref tout ce qui fait qu'un reportage est bon.
Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, on y trouve un authentique point de vue de cinéaste. On est surpris de voir ces jeunes enfants venus à Tanger, ville portuaire s'ouvrant sur le paradis européen, prêts à mourir s'il le faut mais surtout à quitter leur réalité misérable. Surpris par ces mères qui souffrent de ne plus rien savoir de leurs enfants qui ont fuit ou pire encore, qui sont morts en tentant de « brûler », de passer de l'autre côté des frontières espagnoles.

Extrait de Brûler disaient-ils, ou la raison de la colère de Jawad Rhaleb

La dernière partie du documentaire, sur le passage clandestin d'une frontière à l'autre, les passeurs et ceux qui profitent de leurs largesses, n'a pu être possible qu'après avoir vécu avec ces personnes. Leurs témoignages sont essentiels dans la compréhension de cette réalité. La force de ce documentaire réside, outre dans le sujet lui-même, dans la manière dont il est  traité. Il est le résultat du vécu commun du réalisateur et de sa petite équipe de tournage, avec des personnes dont il se sent proche de par son statut de réalisateur européen mais d'origine marocaine, (il a lui-même émigré vers une Europe d'abondance convoitée par ses témoins). A cette proximité, s'ajoute un profond respect qui fait de ce film un portrait poignant des causes objectives de l'émigration clandestine.

commentaires propulsé par Disqus