Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Janvier 2015
 

Bruxelles, ville en images

La Cinémathèque Royale de Belgique (Cinematek) est l’une des plus riches du monde. Ses archives font l’objet, depuis quelques années, d’éditions thématiques sous la forme de DVD, accompagnées de textes documentés et de riches iconographies. La dernière, Bruxelles, ville en images, est remarquable par le choix des films qui abordent la ville selon des points de vue différents et des réalités multiples. Deux essais de Roel Jacobs et de Peter Van Goethem éclairent les contextes historique et sociologique de ceux-ci. Une musique originale de Guy Van Nueten accompagne, comme à l’époque de Fernand Schirren, les films muets.

Chacun, cinéphile et amateur, y trouvera amplement de quoi satisfaire sa curiosité, sa passion du cinéma.

Bruxelles, ville en images (publication)L’histoire de Bruxelles, comme ville filmée, commence avec les toutes premières images du cinéma, réalisées en 1897 par Alexandre Promio, pour la firme Auguste et Louis Lumière. Des archives anonymes décrivent le Bruxelles de la Belle Epoque, ses monuments, ses parcs. Ces images ont le charme désuet des anciennes cartes postales. Parfois, une fiction développe le fil ténu d’une historiette destinée à rendre davantage attrayante la visite de la ville. Certains films portent la griffe de précurseurs, comme le court métrage burlesque d’Alfred Machin : Saïda a enlevé Mannekens-Pis (1913).

La vie quotidienne des Bruxellois n’y est guère évoquée. Il faut attendre le film de Jean Harlez (Planètes en parallèle dont de nombreuses images se retrouvent dans le long métrage Le chantier des Gosses redécouvert récemment avec succès) pour aborder, en 1956, les conditions de vie misérables des habitants des Marolles.

Dimanche d’Edmond Bernhard (1963) évoque un dimanche ordinaire à Bruxelles, à travers une série de séquences agencées de main de maître dont certaines inoubliables comme celle du Musée des Sciences naturelles. C’est un grand moment de cinéma, d’une esthétique raffinée dans le montage des images et la bande son du film.

Une large place est réservée aux films anonymes ou de télévision qui retracent en images les moments cruciaux de l’histoire de Bruxelles : la Libération, l’incendie de l’Innovation, l’Expo 58. Certaines scènes de ces archives demeurent dans les mémoires des aînés, d’autres sont tombées injustement dans l’oubli.

Sous le titre Promenades politiques sont évoqués les grèves, les manifestations et les mouvements de protestations à portée internationale qui eurent lieu à Bruxelles tout au long du XXe siècle : La question royale (1950), La loi unique ( 1960), La marche anti atomique (1964), etc…

Bruxelles, capitale réputée de l’Art Nouveau avec Victor Horta, fera malheureusement l’objet d’une destruction systématique et brutale de son architecture et de ses quartiers populaires.

Bruxelles, ville en images incite aussi, de façon complémentaire, à la mise en valeur, urgente, d’un cinéma documentaire d’auteurs bruxellois, illustré ici par Edmond Bernhard, mais davantage encore, de façon toute personnelle, par Boris Lehman (Magnum Begynasium), Samy Szlingerbaum (Bruxelles Transit) et Patrick Van Antwerpen (L’autobus).


CINEMATEK

Royal Film Archive of Belgium, 2014.

DVD

202’

commentaires propulsé par Disqus