Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/09/2003
Mots-clés : critique de cinéma,
 

C'est l'histoire d'un Belge de Rodrigo Litorriaga

La force des racines
C'est l'histoire d'un Belge pourrait être le début d'une de ces innombrables blagues où la belgitude est tournée en dérision. Rien de tout cela ici. Il ne s'agit pas d'un Belge, d'un Anglais et d'un Américain dans un avion. Le Belge, c'est Hakim, un petit garçon qui voudrait partir en classe de neige avec ses camarades. Rien de plus banal jusque là, me direz-vous. Le hic, c'est qu'il ne parvient pas à obtenir l'accord de ses parents.
Est-ce un problème d'argent, comme le laisse sous-entendre le père ? Non. Le fond du problème se situe dans le choc de deux cultures. Celle de l'occident d'une part, dans laquelle les trois enfants de cette famille sont immergés chaque jour, et les racines marocaines d'autre part, perpétuée par l'éducation parentale. La fracture entre ces deux modes de vie se fait ressentir au sein même du cocon familial : les parents parlent en arabe et les enfants répondent en français; Hakim veut partir skier tandis que son père écoute avec nostalgie une radio arabe. Le fils veut partir vers de nouveaux horizons et le père s'enferme avec son mal du pays.
Oscillant entre les contes de fées et des mille et une nuit, Rodrigo Litorriaga réussit avec son premier film à parler d'un sujet sérieux, la prise de conscience de ses origines, de manière légère et teintée d'humour, tout en restant sensible. Un excellent début pour ce réalisateur diplômé en économie, et la découverte d'un tout jeune acteur amateur, Baramdane Benameur, surprenant par son naturel et son jeu intérieur.

commentaires propulsé par Disqus