Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/02/1997
 

C'est pour la bonne cause de Jacques Fansten

Cinquième long métrage de Jacques Fansten dont la Fracture du Myocarde en 1990 avait consacré le talent, C'est pour la bonne cause égratigne la bonne conscience de la petite bourgeoisie et en malmène la morale du " fais ce que je dis, pas ce que je fais ". Tonin, petit garçon de douze ans, parce qu'il croit dans les discours de solidarité de son papa, décide d'accueillir dans sa famille Moussa, un petit réfugié africain, lors d'une opération humanitaire. Or, papa n'accepte pas la décision de son fils et celui-ci, pour ne pas perdre la face, va mentir, affirmer que ses parents sont d'accord et cacher Moussa aux yeux de tous. De cette invraisemblable situation vont naître les différents rebondissements d'une comédie somme toute gentille mais qui, à force de mettre dans le même sac tous les lieux communs d'une certaine bonne conscience, s'épuise et finit par se confondre avec ce qu'elle prétendait dénoncer.
Car à y regarder de plus près, à l'heure où surgissent des films aussi ouverts à l'autre que Salut cousin de Merzak Allouache, C'est pour la bonne cause paraît jouer la carte du repli ethnocentrique.En prenant le parti pris du seul regard de Tonin, petit garçon blanc français, le film évacue tout autre point de vue et gomme les différences. La soeur de Tonin, Moussa et les autres enfants africains se résument à du décor humain. Et comme l'ensemble du récit se centre sur la relation complice-pas complice entre le père et le fils jusqu'à leurs retrouvailles finales, le spectateur se retrouve très vite à sympathiser non plus avec un personnage mais avec le point de vue d'un groupe social particulier : la classe moyenne.
Et ce n'est pas un hasard si le film se conclut sur cette image hautement symbolique d'Africains retournant dans leur pays et de Français restant chez eux. Et il n'est pas vain alors de s'interroger sur la portée et le rôle de ce type de cinéma qui, sous les trais bonhommes de la comédie, généralise à tout un pays le discours d'un groupe social quand on sait comment une certaine France résoud parfois ses problèmes d'altérité.


commentaires propulsé par Disqus