Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
décembre 2006
05/12/2006
 

Chloé de Patrice Bauduinet

Un soir dans une morgue… Une rencontre fortuite…

Pas toujours facile d’aborder le thème du deuil sous un angle décalé et original. Citons malgré tout, dans des genres diamétralement différents, L'Oiseau Bleu de George Cukor, Buio Omega (Blue Holocaust) de Joe D’Amato, Nekromantik, de Jorge Buttgereit et le récent Corpse Bride de Tim Burton et Mike Johnson... C’est pourtant tout ce qui fait la force du nouveau film de Patrice Bauduinet (après entre autres, Bon Appétit et La Nuit du 6 au 7).

Chloé de Patrice BauduinetUne jeune employée de morgue est confrontée à une jeune trépassée magnifiquement belle dont le corps nu et le grand sourire figé va la fasciner. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que la jeune décédée peut voir et entendre tous ces gens qui s'affairent autour de son cadavre. Penchant humoristique et poétique du film J'aimerais pas crever un dimanche de Didier Le Pêcheur, Chloé est une petite fable drôle et pleine de tendresse portée à bout de bras par deux actrices attendrissantes : Marie Du Bled (Ultranova, Les Oeufs brouillés... ) et Naïs Bastide (Bunker Paradise).

Le ton poétique et burlesque de ce petit film attachant est encore renforcé par la présence dans le rôle du patron de la morgue de l'impérial Jean-Marie Buchet (imaginez un Tintin septuagénaire sous acides et vous aurez une idée).

Rappelant par moments Dellamorte Dellamore, fabuleux film méconnu de Michele Soavi, Chloé se démarque de ce modèle du film d'horreur italien nécrophile par un ton résolument humoristique et bon enfant mais s’en rapproche par une poésie macabre particulièrement réjouissante. Original et pudique, Chloé est un film qui refuse d'en faire des tonnes au niveau pathos et nous laisse avec un grand sourire aux lèvres.

commentaires propulsé par Disqus