Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/02/2004
Mots-clés : tournage, rencontre,
 

Création de PRO SPERE

C'était une soirée exceptionnelle qui s'est déroulée le 8 janvier dernier, au premier étage de la brasserie " La Mort Subite ", lieu de rendez-vous mensuel de l'ARRF (Association des réalisateurs & réalisatrices de films). La soirée-débat était consacrée à la présentation de la fédération PRO SPERE et les associations qui composent la fédération.
PRO SPERE réunit les sociétés de gestion de droit (SACD, SABAM, SCAM), l'Association des Réalisateurs et Réalisatrices (ARRF), l'Association des Scénaristes (ASA), l'Association des Créateurs radiophoniques et plusieurs Associations de Comédiens dont l'ASCO.
Luc JABON (Président de la SACD et coordinateur de PRO SPERE) et Serge BIRENBAUM (secrétaire de PRO SPERE) étaient entourés des représentants de chacune des associations composant cette fédération du "pôle auteurs", tous présents pour répondre aux questions suivantes:
-Qui est PRO SPERE et à quoi sert-elle ?
-Quelles sont les actions spécifiques menées par PRO SPERE ?
-Pourquoi PRO SPERE concerne tous les auteurs et créateurs audiovisuels en Communauté française ?

Statut :
PRO SPERE est une asbl dont le Conseil d'Administration - composé de représentants des différentes associations - s'accorde sur les décisions à prendre, afin d'éviter des incidents qui fragiliseraient les points et les intérêts communs à défendre devant les décideurs. Chaque association représentée au sein de PRO SPERE reste libre et autonome.

Historique :
PRO SPERE a été mis sur pied en 1999 par Frédéric Young, qui en fut la cheville ouvrière, et qui a ensuite passé le flambeau à Luc Jabon.
Au départ, l'association rassemblait les producteurs et réalisateurs. Étant donné certains intérêts divergents entre le pôle " auteurs " et le pôle " producteurs ", malgré un grand nombre d'objectifs communs, l'association s'est resserrée autour des auteurs, réalisateurs, scénaristes et comédiens qui ont rejoint l'association dernièrement afin que les Pouvoirs publics puissent avoir un reflet des deux aspects de la réalisation et de la production audiovisuelle.

Pourquoi PRO SPERE ?
L'association s'est créée dans le but d'avoir un interlocuteur pour faire valoir le point de vue des auteurs-réalisateurs auprès des décideurs et ainsi peser dans les décisions et intervenir dans l'enjeu économique.
Tâche difficile et ardue que s'est donné pour mission PRO SPERE car les pouvoirs décideurs sont nombreux et les dossiers complexes en matière juridique, administrative et politique.
Qui sont-ils ?
-Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel de la Communauté française de Belgique.
-Le comité d'accompagnement, composé de professionnels dans lesquels se retrouvent les producteurs (UPFP et ARPF.doc) et les auteurs représentés par PROSPERE qui examinent si les chaînes de télévision respectent leurs obligations en matière de production fiction et documentaire.
-Le comité de concertation composé de professionnels proposent des suggestions à la Commission de sélection.
-Les Cabinets Ministériels. Il s'agit du cabinet du ministre Daniel Ducarme (audiovisuel) et du cabinet du Ministre Hervé Hasquin (Culture).
-Les instances européennes concernées.(cf. www.cineuropa.org).

Actions menées par PRO SPERE
-Une des premières exigences a été de faire partie du comité de concertation pour que toutes les catégories professionnelles soient représentées et puissent rencontrer le monde politique, télévisuel, ministériel, les exploitants de salles, les distributeurs et les producteurs.
-PRO SPERE est également présent au sein de la Commission de Sélection pour mener un combat vital qui n'est autre que sa survie. On sait que son budget ne va pas augmenter dans les années à venir risque de disparaître tandis que son système démocratique prend de plus en plus la forme d'une loterie face au nombre croissant de projets. Il faut se battre à tout prix pour que la Commission de Sélection reste un lieu de soutien à un cinéma d'auteur et non du commercial, où des projets minoritaires, comme c'est le cas du tax shelter et de Wallimage pour ne citer que deux exemples.
-PRO SPERE est également présent au niveau du Comité d'accompagnement pour que d'une part les chaînes de télévision respectent leurs cahiers de charges et que d'autre part l'apport belge soit valorisé plus qu'il ne l'est, notamment dans les coproductions minoritaires.
Actuellement, l'unique condition pour être coproducteur d'un projet minoritaire est d'être belge. On espère que, grâce aux interventions de PRO SPERE, les auteurs, les comédiens et les techniciens auront une place plus importante dans la négociation des postes cadres repris dans les contrats de coproductions.
-PRO SPERE est également présent dans le projet de Bruxellimages. Le Ministre Ducarme s'est engagé à investir cinq millions d'euros, mais ne sait pas encore où les trouver. Un des points sur lequel PRO SPERE s'est battu c'est que Bruxellimages soit ouvert aux autres genres que le long-métrage fiction, à savoir le court-métrage et le documentaire.

En conclusion :
PRO SPERE veut défendre une réelle politique en matière audiovisuelle qui prenne en compte la priorité de la création et ne tombe pas dans le travers d'une logique purement économique.

commentaires propulsé par Disqus