Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
06/09/2012
 

Dames de couleurs sur écran doré

Premier film d'une femme connue dans le milieu socio-culturel bruxellois, fonctionnaire de profession, anthropologue de passion et surtout collectionneuse des savoirs artisanaux traditionnels,
Patricia Gérimont signe, aux côtés de Jean-Claude Taburiaux, un premier film,
Dames de couleurs.

Dames de couleurs, Patricia GérimontLong métrage documentaire qui se situe entre le film d'art et l'anthropologie sociale, il est le résultat de cinq années d'allers-retours à Bamako, au Mali, à la rencontre de teinturières, créatrices de basins. Portée par son admiration des techniques textiles, elle se lie d'amitié avec Sanata et Diko, toutes deux teinturières, la première vivant à Bamako et travaillant motifs et couleurs éclatantes, et la seconde issue du Pays Dogon, sauvegardant la tradition de la teinture à l'indigo et aux motifs ancestraux. Patricia Gérimont a sorti le basin du domaine du vêtement pour le placer dans le domaine artistique, rendant hommage au savoir-faire et à l'imaginaire des artistes-artisans africains. Après une première exposition à Bamako, en regard croisé avec l'artiste Claude Viallat, les basins ont empli les salles de musées de Nantes, Bordeaux, Clermont-Ferrand et bientôt, on l'espère, celles de Tournai, haut-lieu de la tapisserie et des arts du tissu. Après un livre richement illustré et des expositions, c'est le cinéma que Patricia Gérimont a choisi pour faire connaître le monde codifié du basin. Cotonnades damassées produites en Allemagne, exclusivement pour le marché africain, attachées par des noueurs au tour de main ferme et précis, la teinture ne doit pas se poser pour créer les motifs. Teintes par des mains expertes, séchées et battues, elles s'offrent au regard des réalisateurs et des spectateurs de Dames de couleurs.
www.cvb-videp.be

 

commentaires propulsé par Disqus