Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/11/2005
Mots-clés : Dossier numérique
 

Dossier Numérique 10 - DVDoc, un site de diffusion de documentaires en DVD

Une autre diffusion pour le documentaire. Un lieu où il serait possible de trouver sous forme de dvd, les documentaires belges les plus remarquables, cela fait rêver. Avec le projet de Dvdoc, Jacques Martin et d'autres pensent faire de ce rêve, une réalité et pas seulement virtuelle.

Cinergie : Comment l'idée de Dvdoc a t-elle vu le jour ?
Jacques Martin
: Au point de départ, il y a Crossroad : un studio et une maison de production spécialisés dans l'audiovisuel et le multimédia. Nous y réalisons des CD Rom, des DVD et nous créons des sites web. Nous offrons à nos clients une série de services qui touche à la mise en image, en son, voire en lumière et nous maîtrisons une série d'activités assez complexes comme la digitalisation, la haute définition, etc. Régulièrement, des réalisateurs de documentaires font appel à nos services et, régulièrement, nous les entendons se plaindre de l'absence de débouchés en matière de diffusion de leurs films. Ceux-ci passent à la télévision, quand ils passent, à des heures de très faible écoute, tiennent parfois deux, trois jours en salles et terminent leur vie dans des tiroirs. Quand on pense à l'énergie, à la créativité et à l'argent qui sont nécessaires à la réalisation de tels films, pénible est de constater qu'ils ne rencontrent que très rarement leur public.
Une tette situation liée au fait que nous avons été les premiers à faire des DVD en Belgique, nous a amené à concevoir une autre forme de diffusion pour le documentaire. Le DVD est un support de qualité qui s'est généralisé à une vitesse éclair et qui touche un très large public. Nous pensons qu'il y a là un public potentiel pour le documentaire. Et c'est pourquoi nous avons eu l'idée de DVDOC, c'est-à-dire, d'installer sur le web, une boutique virtuelle ayant en rayon ce qui se fait de mieux dans le documentaire belge et où qui veut, peut acheter le DVD d'un film repris dans le catalogue de la boutique. A Crossroad, nous avons le matériel nécessaire pour gérer la boutique, encoder les films et tirer des copies DVD de qualité et à la demande. Depuis que les lecteurs DV du commerce sont capables de lire des DVD gravés, plus besoin de tirer un grand nombre de copies avec les charges financières que cela supposait. Aujourd'hui, nous tirons une copie quand nous en avons besoin, autrement dit, vous commandez votre DVD, nous vous le gravons dans l'heure et nous pouvons vous l'envoyer dans la journée.

C. : Supposons que je suis réalisateur de documentaire, Dvdoc m'intéresse, comment cela se passe t-il ? Quels sont les critères de sélection ?
J. M. :
Nous avons un critère, celui de la qualité et c'est forcément subjectif. Nous regardons les films, nous en discutons entre nous, et nous choisissons. Je crois que tout le monde a intérêt à ce qu'il y ait une sélection, parce que nous voulons des documentaires de qualité. Parce qu'aussi le site Dvdoc, dans notre idée, va forcément fonctionner grâce au bouche à oreille. Des réalisateurs dont les films seront repris dans la boutique, en parleront à leurs amis, à des proches, et à d'autres réalisateurs, les invitant à venir voir et, de fil en aiguille, un public se formera qui viendra voir des films, en découvrira d'autres et peut-être ainsi reviendra. Cela veut dire que si sur le site, il y a des films qui ne sont pas bons, cela nuira à tout le monde. Nous voulons que les réalisateurs avec qui nous sommes en contact soient quelque part une garantie de qualité, qu'ils signalent une démarche, une façon de comprendre et de défendre le documentaire. Pour l'instant Dvdoc accueille des réalisateurs comme Dominique Loreau, Rob Rombout, Anne Levy-Morelle et pour le futur, nous sommes en contact avec des groupes comme Cobra films, Alligator films, etc.
C. : De façon plus pratique, que proposez-vous ?
J. M. : Une fois que votre film est retenu, nous vous demandons un master digital et que vous ayez les droits de diffusion dv du film. De même qu'un texte sur le film, l'équivalent d'une bonne fiche technique et des photos. Nous, de notre côté, ce que nous proposons c'est l'encodage du film, l'encodage des sous titrages éventuels, la réalisation de l'étiquette et la pochette du dvd, plus un dvd de contrôle et la présence du film sur le site dvdoc pendant un an. L'ensemble revient à une grosse centaine d'euros.

 

commentaires propulsé par Disqus