Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/07/2005
 

DVDphiles : Coffret Jean Rouch

Il est des cinéastes auprès desquels il fait bon revenir et revenir encore. Des cinéastes dont les films semblent échapper aux contingences d'une époque et trouver dans le travail des ans une nouvelle pertinence, une dimension universelle. Et Jean Rouch est certainement de ceux-ci, lui dont les films proposent une aventure cinématographique et humaine qui n'a pas fini de nous étonner et de nous passionner. Dès ses premiers films et pendant plus de cinquante ans, il filme l'Afrique, son présent et déjà sa mémoire, la vie des gens et toujours la poésie de l'instant partagé. 

Jean Rouche

Fasciné par ce qui fonde la diversité et la complexité des formes de vie, il parcourt un territoire personnel entre réalité et imaginaire. Et là, la caméra à l'épaule, dans une simplicité qui frise le dépouillement, il se mêle aux corps en mouvement, s'imprégnant d'une parole indigène déclinant temps immémoriaux et métissage culturel. Ce qui détonne alors c’est cette précarité des moyens associée à une irréductible indépendance de ton. Car Jean Rouch filme avec des bouts de pellicule, sans un sous et souvent en solitaire, dans des conditions difficiles. Il ne s'embarrasse ni de problèmes de production, de rentabilité ou de formatage pas plus que de questions de genre ou de style. Etranger à toute école, à  tout parti, il crée son cinéma en totale liberté, un cinéma artisanal à hauteur d'homme, à hauteur de vie et fait ce qui lui plaît sans devoir rendre de comptes à personne. Et ce qui lui plaît et le concerne tient précisément dans cet art de faire surgir cette communauté fragile qui le lie et le relie à ceux dont l'étrangeté est pour lui un vrai mystère. Ce mystère il va nous le faire partager et tenter de l'élucider en s'y impliquant totalement. Jouant de sa voix comme d'un prolongement de son regard, il ira jusqu'à inventer le commentaire en direct, bouleversant techniques et écritures, attendus et habitudes, passant de l'humour à la gravité,  des vérités ethnologiques aux amitiés complices avec un rare bonheur. Conteur du réel, fabricant d'histoires immortelles, poète des rites et des coutumes, arpenteur de ces lieux où hommes et nature se confondent en un même être ensemble, Jean Rouch reste malgré tout trop peu connu, et certainement trop peu vu. Aussi faut-il saluer avec enthousiasme la sortie du premier coffret de quatre DVD consacré à son œuvre et qui devrait permettre à tout un chacun de découvrir ou de redécouvrir une des figures essentielles du cinéma d’essai. Premier opus d’une collection créée par Patrick Leboutte et Marc-Antoine Roudil et appelée «le geste cinématographique», cette édition est en tout point remarquable. Qualité exceptionnelle des copies, intelligence et intérêt des documents annexes et surtout une sélection parcours de dix films de Jean Rouch qui des Maîtres fous à Moi un noir en passant par l’admirable Jaguar rendent compte de l’incroyable vitalité de son cinéma. Autant de coups de cœur qui font de ce coffret un « must » incontournable et devrait signaler aux jeunes générations qu'il est, loin des rigueurs du marché et de ses économies contraignantes, des façons de faire et de regarder passionnantes et exemplaires.


Coffret Jean Rouch (Maîtres fous , La Chasse au lion à l’arc, Moi un noir, Jaguar, Petit à petit, La Pyramide humaine, Rencontres avec Jean Rouch : Pierre-André Boutang, Conversation de Bernard Surugue et Patrick Leboutte, Les veuves de 15 ans). DVD édité par Montparnasse

commentaires propulsé par Disqus