Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/10/1999
Mots-clés : critique de cinéma
 

Echo de Frédéric Roullier-Gall

Echo de Frédéric Roullier-GallSeule demi-réticence, au vu de sa construction en flash-back ultra-classique et de sa réalisation très soignée mais peut-être trop propre. Avec beaucoup plus de moyens, l'Echo de Frédéric Roullier-Gall trempe ses madeleines dans la tasse de thé de Marcel Proust : poésie visuelle et rimes sonores traversent le temps perdu. Un peu inquiet mais main dans la main et uni par une infaillible tendresse, un vieux couple prend le train pour la première fois depuis sa déportation. Cinquante ans plus tôt, dans le secret d'un laboratoire nazi voué aux expériences médicales, elle perdait la vue, lui l'ouïe. Ce fut pourtant le décor de leur première rencontre : il est le dernier homme qu'elle ait vu, elle est la dernière femme dont il ait entendu la voix. Aujourd'hui, la médecine a fait d'incroyables progrès. Les chemins de fer sont les moyens de transport les plus sûrs, leur rappelle un voisin de compartiment, et à la frontière, les papiers sont en ordre... Jusqu'à la décidément superbe Circée Lethem qui n'a guère plus qu'une réplique mais qu'on dirait taillée pour l'uniforme et le sourire d'infirmière, la prestation des acteurs est d'un très haut niveau. C'est ce qu'a voulu récompenser le jury présidé par Louis Héliot, du Centre Wallonie-Bruxelles, en remettant au réalisateur les cent mille francs du prix du meilleur court métrage de la Communauté française de Belgique.

Echo, 13'
Sc. & réal. : Frédéric Roullier-Gall. Int. : Suzy Falk, Henri Billen, Marie Famulicki, Arnaud Jacobs, Circée Lethem. Prod. : Living Film.

commentaires propulsé par Disqus