Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
juillet-août 2007

Vidéo

Entrevue

Critique

Sortie DVD

Arrêt sur image

Film dessiné

Métiers

Publication

Tournage

13/07/2007
 

En attendant Les Olivettes de Jean-François Ravagnan

Que reste-t-il de nos amours ?

Une suite de plans très (très) longs sur le quotidien d'un très (très) vieux couple laisse augurer du (très) pire. Encore un de ces reportages misérabilistes et plan-plan sur la médiocre existence d'un couple de vieux abandonnés de tous ?

Oui et non ! Ce petit reportage nous fait faire la connaissance de Jefke et Stéphanie, 170 ans à eux deux, et qui n'ont qu'une seule envie : retourner chaque week-end sur les planches du café chantant des Olivettes. Là-bas, autour d'une langue unique, celle de la chanson populaire, ils se retrouvent entre amis pour oublier leur quotidien morose. Et chaque semaine, l'attente semble bien longue.

Quand Stéphanie ne passe pas ses longues journées à regarder par la fenêtre avec son chihuahua (ou, on l'imagine, à rêver aux nouvelles péripéties palpitantes de l'Inspecteur Derrick ou à préparer des tartes au riz), elle ne vit que pour l'amour de son compagnon et pour sa passion : chanter en public aux Olivettes. C'est tout ce qui lui reste pour se sentir exister. Ce sont les limites de son petit monde. Et comme Stéphanie a le rythme dans la peau, elle nous offre deux performances "live" de tubes éternels : La Java bleue et La Balançoire, chansons d'amour qu'elle chante, trémolos dans la voix, en duo avec Jefke, qui ne peut retenir ses larmes. Ce dernier, quant à lui, entonne fièrement un Que reste-t-il de nos amours  endiablé.

Les Olivettes est un très vieux café à la devanture peu avenante. Son public hétéroclite est un monde à lui seul, microcosme de silhouettes médiocres, fatiguées, laides, vieilles, ringardes... La fatigue, les douleurs passées se lisent dans leurs yeux éteints. Mais peu importe ! Ceux-ci se rallument et les sourires reviennent à la vie dès que Stéphanie monte sur scène et chante de sa voix fluette, plus très juste, plus très forte, une de ces chansons populaires qu'ils reprennent tous en chœur. Voir l'amour que se portent encore ces deux vieillards après une vie sans éclat passée ensemble à attendre « mieux » donnerait du baume au cœur au plus cruel des cyniques. Dont acte...

En attendant Les Olivettes de Jean-François Ravagnan
Documentaire - 14'58'' - 2007

commentaires propulsé par Disqus