Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/09/2001
Mots-clés : critique de cinéma,
 

En Vacances de Yves Hanchar

Tempus Fugit
En vacances sur la côte en 1990, trois familles se rencontrent sur la plage autour de la construction d'une fusée en sable. L'amitié se met de la partie et les voilà réunis, le même soir, autour d'une table, à l'occasion de l'anniversaire de l'un d'entre eux, Fabrizio. En guise de cadeau, celui-ci demande à chacun d'écrire une lettre qui sera lue lors de leur réunion, au même endroit, dans dix ans, en août 2000.
Août 2000. Les trois familles sont à nouveau réunies et les lettres décachetées. Chacun lit la sienne à son tour et évoque les souvenirs des années écoulées. C'est qu'il s'en passe des choses dans la vie d'une dizaine de personne dans ce laps de temps : des succès, des revers, des amours, des ruptures, des réconciliations. Et même si l'amitié est là, qui maintient le cap, tous ces événements marquent les coeurs et les esprits.
Le temps passe et laisse des traces, donc. Six ans après la Partie d'échecs, revoici Yves Hanchar au grand écran. En filigrane de l'évolution de ces trois familles, le film questionne la mystérieuse alchimie qui unit les êtres d'un ciment de tendresse, de complicité, d'amitié, d'amour. Qu'est-ce qui fait que ces gens, a priori sans grand-chose en commun, réunis par les seules circonstances, vont s'attacher les uns aux autres et se retrouver envers et contre tout pour partager quelques moments privilégiés de leur vie ?
L'idée est passionnante, mais le pari est difficile : comment rendre compte du temps qui passe ? Des événements qui surviennent, évoluent et puis soit sont oubliés, soit revivent à chaque rencontre ? Cela demande une grande rigueur d'écriture. Par ailleurs, il faut gérer une dizaine de comédiens qui ont tous la même importance (on est ici dans un film choral) et contrôler l'évolution de leur personnage au fil des scènes, au fil des ans. Rien à redire de ce côté. Servis par un casting sans fausse note (mais sans éclat), les personnages s'imposent sans trop de difficultés. On prend plaisir à partager avec eux ces moments, en principe légers et hors du temps, que sont les vacances. On peut peut-être regretter que ce soit la seule période à laquelle se cantonne le réalisateur, mais c'est sans doute dans ces moments privilégiés, où le quotidien est un peu mis à distance et les soucis transcendés, que les gens se révèlent le plus dans leur vérité.
Pour sa narration, le réalisateur opte logiquement pour une structure en flashbacks. Les scènes de lecture des lettres dans la fête 2000 alternent avec les souvenirs qu'elles évoquent pour les personnages. Tournées sur le mode du home vidéo, de nombreuses séquences - censées avoir été filmées par les participants - donnent corps au souvenir et semblent fixer le temps qui passe. Filmer une fête de famille avec de nombreux protagonistes n'est pas chose simple non plus. Yves Hanchar ne ménage pas ses efforts pour rendre vivantes ces scènes par définition assez statiques. Une réussite, mais sans l'imagination pertinente dont a fait preuve récemment sur le même sujet la réalisatrice de Tous à table, Ursula Meier.
Malgré tout, le spectateur a un peu de mal à garder le fil d'histoires trop nombreuses et enchevêtrées. Leur intérêt, en outre, ne dépasse que rarement l'anecdotique pour atteindre à l'universel. Raison pour laquelle le film peine à maintenir le spectateur en haleine tout au long de ses 105 minutes. Qui trop embrasse...

En Vacances
35mm, format 1,85, couleur
Réal. : Yves Hanchar. Scén. et dialogues : Yves Hanchar et Jacky Cukier. Image : Virginie Saint-Martin. Mont. : Glen Berman. Mixage : Dominique Delguste. Son : Thierry Moorlas-Lurbe. Mus. : Jéremy de Villiers Jr. Int. : Luc Picard, Didier De Neck, Luigi Diberti, Hilde Van Mieghem, Florence Giorgetti, Floriane Devigne, Catherine Hosmalin, Jessica Paré.
Prod. : Anne-Dominique Toussaint et Pascal Judelewicz pour Les Films de l' Etang, Eloïse Production, Favourite Films, les Films des Tournelles, les productions EGM. Avec l'aide du Centre du cinéma et de l'audiovisuel de la Communauté française de Belgique, du Fonds Film in Vlaanderen et des télédistributeurs wallons.

commentaires propulsé par Disqus