Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/10/2001
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Entre Deux

Présenté sous le registre d'une docufiction (un " pas joli " terme), Entre Deux, le film de Hélène Carret nous (re)plonge dans le drame des sans-papiers et des expulsés en sursis.
Utilisant la fiction pour mieux cerner son propos, elle met en scène un couple de Congolais résidents non entièrement régularisés en Belgique, en attente depuis de nombreuses années chez nous. Sans s'appesantir sur les procédures et la tension policière stressante que cela entraîne, elle recueille la parole de Marie-Anne pour nous parler des tensions quotidiennes que tant de couples ou d'individus vivent et cependant taisent suite à cette situation. Marie-Anne possède des papiers belges - elle travaille dans le secteur de l'aide aux personnes âgées - de même que ses deux enfants qui sont normalement scolarisés. Mais il en va autrement pour son compagnon Gérombert, malgré plusieurs années de résidence légale et depuis deux années de surveillance post-mariage draconienne (glurp). Parce qu'il a interrompu ses études, il doit se procurer (et payer) une autorisation administrative mensuelle qui invalide ses chances mêmes de trouver un emploi : mettez vous à la place de l'employeur, m'enfin !
Mais contrairement à tant d'autres films-témoignages sur ce défi (gérer nos rapports Nord-Sud dans un semblant de procédure démocratique et constitutionnelle), Entre Deux se concentre sur la difficulté d'assumer au quotidien ces tensions, a fortiori en couple.
Le film tient compte aussi de la culture propre de Gérombert et Marie-Anne. Dur pour le premier de vivre au crochet de son épouse, de vivre deux réalités horaires différentes, travail pour elle et démarches pour lui. Le fond dépassant de loin la forme, il serait mesquin de critiquer des acteurs (pros ou non, ce n'est pas le problème) qui soulèvent juste ce qu'il faut de leur voile de pudeur commandé le peu de dignité et d'intimité qui leur sont dus.
Un film direct et sans détour qui relègue à leur place les reportages vérité, laissant la parole à des personnages infiniment proches de nous - et cela marche !
Pour savoir ce que l'on retire du film après vision, c'est, en plus des idées individuelles que l'on peut avoir sur cette problématique, en tout cas espérer que la force qu'ils puisent dans leur relation les mène à la satisfaction de leur attente.

Entre Deux
Docufiction, 1'06''
Réal. : Hélène Cattet. Ass. réal. : Mélanie Bertrand et Bruno Forzani. Cont. : Karen Benainous. Photo : Salomé Gadafi ; Cadre : Frédéric Celly. Son et mix. : Stéphane Girard, Olivier Thys et Joël Hirscheld. Mont. : Mathieu Giraud. Mont. son : Stéphane Girard, Joël Hirschfeld et Mathieu Giraud. Mus.: Panjilo, int. par Promusika Attack-Kumando et réal. par Jide. Prod. IAD et Karen Benainos. Scén. : Hélène Carret
Int. : Fifi Kikangala, Jean-Claude Kavuste, Serge Devos, Olivier Maistre.

commentaires propulsé par Disqus