Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
décembre 2016
 

Etat d’alerte sa mère de Sébastien Petretti

L’histoire de deux mecs dans un snack qui discutent du rencard qu’a eu l’un d’eux en attendant qu’on leur serve un kebab. Des flics entrent dans le salle, tournent autour des deux gars, trop absorbés  à causer fille pour prêter attention aux gardiens de la paix qui décident de procéder à un contrôle d’identité. Scène somme toute banale à une époque où en Belgique le discours politique est sans cesse plus stigmatisant et islamophobe et l’action policière sans cesse plus brutale à l’endroit d’une certaine partie de la population. Un constat quelque peu morose face auquel Sébastien Petretti propose un court métrage particulièrement marrant.  

Etat d'alerte sa mère, film de Sébastien PedrettiTous les jours, que l’on s’en cogne ou s’en émeuve, la banalisation de la violence étatique s’insinue dans nos esprits et nos habitus. Acteurs vedettes de cette sombre farce, les forces de l’ordre comme les jeunes issus de l’immigration, deviennent rouage de ce mécanisme de coercition. L’opposition créée, et largement scénographiée par le discours politique, devient parabole.

C’est là que le film de Sébastien Petretti tape juste. En mettant en scène des protagonistes pour lesquels l’habitude a pris le pas sur l’affect, il déshabille le rapport social de son antagonisme et de sa charge morale. Ne reste alors que la mécanique crue de l’exercice du pouvoir dans toute son absurdité perverse.

Écrit sur le mode de la comédie, le film louvoie adroitement entre des pièges gros comme des maisons ( de très gros pièges donc ) quand il s’agit de parler de jeunesse ou de violence policière et parvient à faire rire en abordant un sujet pas drôle du tout.

Il est visionnable gratuitement sur internet via le lien : www.etatdalertesamere.com

 

commentaires propulsé par Disqus