Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
22/10/2013
 

Exposition Fellini à Namur

Fellini s’affiche

Federico Fellini a jeté l’ancre de son navire à l’espace Wallonie de Namur. Le maestro n’est pas venu seul. À bord, des invités prestigieux : Marcello Mastroianni, Nino Rota, Giulietta Massina, Milo Manara. Ce joyeux équipage a décidé de poser ses valises pendant tout le mois d’octobre au confluent de la Sambre et de la Meuse pour nous raconter son histoire. En images.

C’est le capitaine Federico qui accueille le visiteur. La chaise est vide. Il est derrière sa caméra. Silence. On tourne ! La scène commence en musique, celle du compositeur milanais, Nino Rota, complice incontournable de Fellini puisqu’il a créé la bande originale de 16 films sur les 23 que compte la filmographie du réalisateur.

Bercé par la musique, le visiteur vogue à son gré, d’un pays à l’autre, de l’Amarcord japonais au Casanova polonais en passant par la Cabiria belge. Le voyage est essentiellement visuel puisque l’exposition réside en une riche série d’affiches de films issues des quatre coins du monde. Vue comme élément déterminant dans la promotion d’un film, l’affiche peut prendre différentes formes. Certaines, représentatives de l’école dite polonaise, sont des œuvres d’art à part entière. Par exemple, cette affiche pour Casanova, film réalisé par Fellini en 1976, attire l’attention pour son caractère minimaliste. Les éléments présents reflètent l’univers du film et les obsessions sexuelles de son protagoniste par le biais d’une certaine poésie. Rien de comparable avec la seconde, plus connue et, nettement plus explicite.

Tout le monde a gardé en mémoire des images associées à l’œuvre de Fellini, celle du visage de sa femme, Giulietta Massina, de profil, la cigarette au bout des lèvres, celle de la sulfureuse Anita Ekberg dans la fontaine de Trevi ou celle de la louve romaine aux seins multipliés. Même sans avoir vu les films, ces images sont familières. Des fantômes de la réminiscence. Mais il y a en d’autres, beaucoup d’autres, qui viennent d’ailleurs. Et la collection présentée à l’espace Wallonie comble ces lacunes iconographiques.

Fellini aimait les femmes. Celles aux poitrines proéminentes. Celles qu’il a maintes fois esquissées dans ses croquis. Lui qui était aussi, à ses heures, un dessinateur hors pair. Amour pour les femmes qu’il partageait avec son compatriote bédéiste Milo Manara. La collaboration entre ces deux hommes a donné naissance à des œuvres, indéniablement érotiques, présentées au sein de cette exposition.

Même si l’exposition aurait pu prendre place dans un lieu, peut-être, plus chaleureux, il n’en reste pas moins que cette collection d’affiches plaira aux amateurs de Fellini ainsi qu’aux aficionados d’images en général.

Pour plus d’informations : http://www.wallonie.be/fr/evenements/exposition-fellini-namur

 



commentaires propulsé par Disqus