Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
décembre 2016
 

Felix Van Groeningen Collection

Cinq films, pas le moindre bonus...
En un coffret, Lumière sort toute l’oeuvre de Felix Von Groeningen, cinq longs-métrages, tous singuliers et passionnants qui permettent de faire le point sur ce réalisateur belge important. Mais c’est tout. Rien de plus, pas le moindre petit bonus caché ! Certes, éditer tous les films d’un réalisateur en un seul et même coffret le pose d’entrée comme un auteur. Mais à l'heure de l’Internet tout azimut, des streamings, pear-to-pear et autres VOD, ça laisse tout de même un peu pantois...

 

D’abord, on aurait aimé ainsi découvrir ses premiers essais de jeune réalisateur diplômé du KASK, 50CC ou Bonjour Maman coréalisé avec Pol Heyvaert. Et ce, d’autant plus que lorsqu’émerge, au milieu des années 2000, sous l’impulsion de Pierre Drouot à la tête du VAF, ce qu’on a appelé « la nouvelle vague du cinéma flamand », Groeningen en est l’un des premiers représentants. Steve + Sky, son premier long-métrage, une malheureuse histoire d'amour mi-Jarmusch, mi-Wong Kar Wai à l'univers pop déjanté affirme son talent de réalisateur et son originalité dès 2004. Au côté de Tom Barman puis de Koen Mortier, Patrice Toye ou encore Fien Troch, il devient vite une valeur sûre du cinéma d’auteur flamand. Avec son film suivant, plus sobre, plus mélancolique aussi, Dagen Zonder Lief, Groeningen change totalement de genre, privilégiant un ton plus naturaliste, délaissant le couple pour un film choral autour de jeunes trentenaires qui reviennent se confronter à ce qu’ils ne sont pas devenus. Moins dans la prouesse technique, plus axé sur l’écriture de ses personnages, Dagen Zonder Lief mettait à jour la thématique incessante de son cinéma : le passage à l’âge adulte, la perte des illusions, la confrontation (parfois violente) des rêves avec la dure réalité.
Une version commentée par le réalisateur et Dimitri Verhulst, l’auteur de La Mertitude des choses que Groeningen adapte ensuite, aurait été tout à fait passionnante. Ou un mini bonus pour nous rappeler la folle équipée des acteurs à Cannes en 2009 qui débarquèrent, pour présenter le film sélectionné à La Quinzaine des Réalisateurs, en vélo et à poil ! On aurait pu imaginer un DVD entièrement consacré à la bande originale d'Alabama Monroe, son avant-dernier long-métrage, énorme succès public et critique, nominé aux Oscars du meilleur film étranger, magnifique mélodrame autour d’une bande de musiciens de bluegrass. Encore du rêve, du rêve américain, tailladé par la violence de la réalité. Avec une interview de Johan Heldenbergh, ce fabuleux acteur qui a écrit le spectacle original que Groeningen adapte dans son film, qui joue le rôle titre, chante lui-même toutes les chansons… Ah oui ! On aurait adoré ça !
Après avoir scénarisé ses deux premiers longs-métrages, Felix Von Groeningen adapte, dans ses films, des récits écrits par d’autres. Mais son dernier long-métrage, Belgica, est une sorte de retour aux sources suite à l’énorme succès d’Alabama Monroe et aux propositions alléchantes d’Hollywood. Le film s’inspire de sa propre histoire, celle d’un café tenu par son père à Gand puis reprit par deux frères, et raconte à nouveau une désillusion. Mi-figue, mi-raisin, Belgica flirte avec cette esthétique de faiseur surdoué, que Groeningen affichait pleinement dans son premier film. Sa réalisation ample qui suit deux frères et court sur plusieurs décennies en fait un film fleuve, presque épique, l’histoire à nouveau d’un naufrage, la descente aux enfers d’une joyeuse utopie grignotée lentement mais sûrement par le bon sens des affaires et les caméras de surveillance. Une métaphore de la Belgique ? Ou de la carrière de l’auteur ? La bande-originale de Belgica est magnifique, encore signée par SoulWax, auteur de la B-O de Steve + Sky ! Où l’on se prend à rêver d’un entretien croisé entre le groupe et le réalisateur sur leur collaboration…
Cinq films donc, inégaux, surprenants, singuliers. Soit, c’est déjà pas mal.


Steve + Sky, Dagen Zonder Lief,  La Mertitude des choses, Alabama Monroe, Belgica. Felix Van Groeningen Collection, Edité par Lumière

commentaires propulsé par Disqus