FacebookTwitter
Webzine
mars 2007

Vidéo

Entrevue

Critique

Sortie DVD

Arrêt sur image

Dossier

Evénements

Prix des lycéens

Publication

Tournage

08/03/2007
 

Felix van Groeningen : Dagen Zonder Lief (Une vie sans amour)

Papillons de nuit

Jeune réalisateur diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Gand (KASK), Felix van Groeningen signe ici son second long métrage de fiction après plusieurs courts métrages et le très réussi Steve+Sky. Lorsque Kelly La Brune revient passer quelques jours dans sa ville, elle retrouve Frédéric, Kurt, Kelly La Blonde, Nick et le souvenir de Patrick. A cette occasion, le petit groupe tente de se reformer mais prend la mesure du temps passé entre hier et aujourd'hui. Car chacun n'est plus tout à fait le même, la brune est devenue blonde et les choses ne tournent plus vraiment rond. Tranche de vie saisie à pleines mains, Dagen Zonder Lief colle aux basques froissées de quelques trentenaires en pleine débandade. A travers allées et retours, va-et-vient, ronds-points et déambulations, le film chemine dans les errances de ses personnages vers son climax, une route rectiligne. Il procède par chapitre, suivant chacun d'entre eux, leurs déboires, leurs rêves un peu jaunis et leurs existences empesées de difficultés. En jonglant avec les points de vues, il met chacun en face de ce qu'il est devenu, et qu'il faudra bien accepter. Tantôt très stylisé quand il plonge dans les flash-back de cette ancienne vie ou qu'elle renaît le temps éphémère d'une fête en boîte de nuit ; tantôt réaliste, en caméra portée dans une lumière crue et une ville déserte, Dagen Zonder Lief suit ces jeunes gens qui, voulant trop s'enivrer d'inconscience, se risquent à la brûlure de la lumière comme des papillons de nuit. Et il capte finalement cet inévitable deuil de soi-même qu'il faut bien faire pour entrer dans l'âge adulte, ce goût amer des petits matins difficiles au bout des nuits pleines d'alcool, de fureurs et de bruits.

C. : Vous aimez beaucoup les blondes et les ronds-points ?

Felix van Groeningen : (Rires) Oui, c'est vrai, j'ai quelques fétiches !  Même dans mes courts métrages, les femmes sont blondes. Et je me suis moi-même blondi les cheveux, à douze ans, avec de l'eau oxygénée, une catastrophe (rires) ! Quant au rond-point, nous avons décidé de tourner à Sint-Niklaas où je l'ai découvert. Là, il a commencé à jouer un rôle dans le film. Passer et repasser par ce lieu, filmer ces buildings aux alentours, est aussi une manière de montrer les dimensions de cette ville, qui est petite. Et puis, lors d'un flash-back, on les voit aussi faire la fête sur ce rond-point : c'est un endroit où ils ont eu beaucoup de bonheur. On passe et on repasse par là, jusqu'à comprendre plus tard qu'ils ont vécu quelque chose ici.

C. : Le film est nostalgique ?

F. v. G. : Oui, mais de manière un peu bizarre. Parce que le mouvement est un peu bizarre. En revenant, Zwaert Kelly réunit la bande, et en se regroupant, ils comprennent qu'ils ont perdu quelque chose, que ce n'est plus comme avant, et leurs chemins se séparent de nouveau.

C. : Le deuil et la mort hantent chacun des personnages.

F. v. G. : C'est dû à mes expériences personnelles. Quand on grandit, on se confronte à la mort. J'ai vécu plusieurs deuils ces derniers temps. Le film raconte aussi cela, que l'amour, l'amitié, la vie, ne durent pas éternellement. Et c'est comme ça, il y a d'autres raisons d'être heureux. On évolue. Dans le scénario original, la fin était plus dure, plus explosive. Mais en faisant le film, j'ai compris que les choses ne se passent pas comme ça réellement. Tout cela bouge, c'est tout.

C. : Vous passez du portrait de couple de Steve + Sky à celui d'une génération.

F. v. G. : Oui, c'est vraiment ce que j'ai essayé de faire, qu'à travers tous ces personnages, se dessine une génération, mais c'est quelque chose qu'on ne peut pas contrôler. Parler des gens de ma génération, des bandes, des groupes, d'un certain milieu est quelque chose que j'ai toujours aimé faire et qui était très présent dans mes courts métrages. Mais dans Steve + Sky, je voulais juste deux personnages pour me concentrer sur des choses très visuelles car je voulais me prouver que j'étais capable de cette maîtrise. Je crois qu'à chaque film, on se pose des objectifs différents. Ici, j'ai mis toute mon énergie dans cette histoire et sur les personnages.

C. : Et stylistiquement, vous passez à quelque chose de plus brut et de plus réaliste.

F. v. G. : La sobriété était, je crois, un bon choix pour cette histoire, qui se passe dans une petite ville, de nos jours, etc. Mais je trouve que j'ai fait un grand pas, car l'équilibre entre forme et contenu me semble juste. On a fait des choix stylistiques assez radicaux, mais ils sont moins mis en avant et se fondent plus à l'histoire. Comme par exemple cette ville, qu'on a voulu plutôt déserte, ce qui apporte une atmosphère au film sans prendre pour autant le dessus. Quand on visionnait les rushs, par exemple, j'étais très content de voir quelque chose d'aussi différent, cette image très claire… Jusqu'à la scène de boîte de nuit où là, j'étais tout à fait dans Steve + Sky (rires). C'était assez bizarre, mais c'est moi aussi ! 

C. : Comment vous situez-vous par rapport au cinéma flamand ?

F. v. G. : Le cinéma en Flandre est assez commercial en général, écrit selon des recettes bien établies, avec des acteurs très connus. Ce n'est pas ce que j'essaie de faire (rires). Et je ne suis pas le seul à essayer d'être un auteur, à chercher une autre manière de faire du cinéma. D'autres aussi essaient de se démarquer, d'une manière différente de la mienne comme Fien Troch ou Koen Mortier. On a beaucoup parlé d'une nouvelle vague flamande quand Steve + Sky est sorti en salle un an après Anyway the Wind Blows de Tom Barman. C'était vraiment les deux premiers films différents. Deux films seulement ! (rires). On ne parle plus de cela, mais ça continue.

Propos recueillis par Anne Feuillère
http://www.cineuropa.org/

 

 

commentaires propulsé par Disqus