Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/11/1998
Mots-clés : festival
 

Festival du Film de Genève et Festival du Film ibéro-américain de Bruxelles

Festival du Film de GenèveFrancesca Vanthielen et Stijn Coninx

Chaque année en octobre, Genève devient la capitale des Espoirs du cinéma Européen. Cette année, les organisateurs du Festival du Film de Genève avaient sélectionné dix longs et dix courts métrages qui mettaient en compétition 21 jeunes comédiennes et comédiens.
La Russe Dina Korzun a remporté le prix du Meilleur espoir féminin (jury officiel et jury de la presse) pour son interprétation émouvante d'une jeune sourde dans le Pays du silence de Valeri Todorovski.
Belle d'André Delvaux, invité d'honneur à GenèveCette histoire d'amitié entre Rita et Yaya, qui tentent de survivre dans le milieu de la mafia russe, évolue de la souffrance à l'enthousiasme, de la pureté à la violence, de la solitude au besoin de partager leurs rêves.
Le meilleur espoir masculin n'est pas inconnu en Belgique, puisque Grégoire Colin, comédien fétiche de Claire Denis, a tenu le rôle de l'adolescent dans le film de Gérard Corbiau, l'Année de l'éveil. Il affirme dans Disparus de Gilles Bourdos une maturité de jeu et une personnalité contrastée qui conviennent à son personnage de militant poète trotskiste.
Le prix du public récompense la radieuse Francesca Vanthielen pour son rôle dans When the Light Comes de notre compatriote Stijn Coninx. Ce film dont l'action se déroule entièrement au Pôle Nord a recueilli le soutien inconditionnel des Genevois.
Portrait de groupe en l'absence du ministre, de Marie Mandy, donna le coup d'envoi à l'état des lieux du cinéma belge. Ce film réunit les témoignages des réalisateurs des années 90 qui oscillent entre des constats pessimistes et des coups de gueule tonifiants.
Un hommage spécial à Hubert Toint, réalisateur /producteur et Président dynamique de Cinergie, qui créa sa maison de production Saga Films voici dix ans, a permis de découvrir une récente réalisation d'Eric Woreth, Ça ne se refuse pas. Tiré du roman de Fredric Brown Noc 312, ce film noir raconte le parcours de Marthe, une femme joueuse qui durant une nuit va essayer de trouver l'argent nécessaire pour régler une dette de jeu importante.
Abandonnant, le temps d'un tournage, le rythme jazzy qui fait sa popularité, Mauranne fait preuve d'un jeu tout en retenue dans le film de Sophie Tatischeff, le Comptoir. Ce meuble aboutit dans la maison bretonne d'une maquettiste parisienne nouvellement installée dans la région. Bien astiqué, le vieux zinc de bistrot retrouve ses fidèles clients et réveille chez certains des souvenirs tenaces.
Luc Jabon, scénariste, animait tous les matins un atelier d'écriture cinématographique du manuscrit formant un groupe de 30 " futurs " écrivains très assidus, alors qu'une rétrospective riche de 12 films d'André Delvaux attirait de nombreux spectateurs dans les salles. Hôte d'honneur du festival celui-ci a reçu une récompense créée spécialement pour la circonstance, le Prix du 8e jour pour le 7e art.
Festival du Film ibéro-américain de Bruxelles
Le premier festival de ce nom, regroupant Cinémas d'Amérique Latine et Cinémas d'Espagne, vient de se clôturer. Durant quinze jours, nous avons pu découvrir sur les écrans bruxellois nouveautés, avant-premières, courts métrages et rétrospectives d'Espagne et d'Amérique Latine. Cuba fît l'honneur pendant la deuxième partie du festival, consacrée au cinéma ibérique. Nous avons pu découvrir quelques perles, tels La Muerte de un burócrata de Tomás Gutiérrez Alea, le réalisateur de Fresa y Chocolate et nous rendre compte de la vitalité musicale de ce pays salsero avec Lagrimas negras, un documentaire émouvant de Sonia Herman Dolz, rendant hommage à cinq papis musiciens, qui ont tous chanté la révolution et qui sont partis en tournée en Europe pour diffuser la richesse culturelle cubaine. A quatre-vingts et quelques ans, ils ont une pêche d'enfer. A découvrir, si ce n'est à l'écran, au rayon musique du monde, La Vieja troba Santiaguera .

Liliane Ravyts et Dimitra Bouras
commentaires propulsé par Disqus