Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
 

Figures de Miklos Keleti

Illustration Gwendoline Clossais

Une jeune fille est étendue sur la pelouse sous un arbre, les yeux fermés, un appareil auditif dans l’oreille. Le bourdonnement ambiant semble nous préciser son état de perception intérieure. Lorsqu’un bruit plus distinct l’interpelle, elle en est surprise, et, inquiète, se confie à sa maman. Elles échangent alors quelques signes dessinés par leurs mains et bouches. Hannah est sourde et muette. Plutôt solitaire, elle a un besoin quasi exclusif d’affection et une sensibilité peu commune. Attirée par le fonctionnement sociétal des abeilles, il lui semble qu’elles tentent de communiquer avec elle. Peu à peu, elle distingue des messages graphiques qui apparaissent tantôt dans les alvéoles de la ruche, tantôt sur le grand arbre du parc où toute la petite famille se retrouve, avec le père et son petit frère. Peu à peu, en raison de nouveaux sons qui perturbent Hannah, son inquiétude grandit et l’éloigne petit à petit de sa maman qui éprouve bien des difficultés à la comprendre tant elle est persuadée que rien ne peut pénétrer cette cloison imperméable qui isole sa fille définitivement. Refusant d’accepter sa situation, celle-ci se met en quête de comprendre le langage des abeilles au point de se persuader qu’elles l’avertissent d’un grand danger. 

Thierry Zamparutti et Gwendoline Clossais
commentaires propulsé par Disqus