Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/02/1999
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Flamenco in Mineur de An Jacobs

Flamenco in Mineur

Nostalgie et cinéma
Flamenco in Mineur de An JacobsEn vacances en Espagne, Wim et Mauphe ont confié les enfants aux parents de Wim. Lorsque la mère de celui-ci décède inopinément, ils rentrent dare-dare. Sur le chemin du retour, les souvenirs défilent dans la tête de Wim qui entame le processus du deuil. Il se revoit enfant attendant ses parents de retour de vacances pour recevoir son cadeau. Aujourd'hui, ce sont ses enfants qui l'attendent mais il n'y aura pas de cadeau, et la main passe. L'austère travail de réflexion mené par Olivier Smolders dans Mort à Vignole trouve ici son pendant dans une œuvre de fiction, certes infiniment moins subtile et achevée mais qui permettra au spectateur ordinaire, davantage familiarisé avec ces mécanismes, de rentrer également dans cette problématique : quel est le rôle du cinéma comme vecteur de la mémoire et, notamment, nos images d'amateur en tant qu'elles nous permettent de revivre les événements tristes ou joyeux de notre vie. Ici, Wim est cinéaste depuis qu'il est tout petit et a filmé en super-8 tous les événements de la vie familiale. Tous ces souvenirs qui défilent sur le chemin du retour s'incarnent dans les extraits des petits films qu'il a tournés. Par la grâce d'un travail d'écriture sans faiblesses et d'un montage au cordeau, l'œuvre intègre sans hiatus les pseudo-bandes d'amateur à l'histoire pour faire de ce film un émouvant hommage à la mère disparue et une chronique douce-amère de la vie familiale vue par les yeux de l'enfance et de l'adolescence, ce qui lui donne un petit goût de nostalgie. Au moins, la réalisatrice aura prouvé qu'il n'est pas nécessaire, pour faire un film intéressant, de s'attaquer à une famille maudite et que l'ordinaire abordé de cette manière peut aussi avoir son côté touchant.


Flamenco in Mineur, 16mm coul., 11'20"
Réal. & scén. : An Jacobs. Musique : Marc Vaillo. Image : Jan Dewolf. Montage : Johan Horemans. Interprétation : Herbert Flack, Leah Thys, Ben Van Ostade, Isabel Leybaert. Production : RITS.

commentaires propulsé par Disqus