Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
11/10/2007
 

Formidable de Dominique Standaeert

Comédie légère et sociale, plutôt inégale mais chaleureuse, Formidable, le second long métrage de Dominique Standaert, était présenté en avant-première et hors compétition au 22ème Festival du Film Francophone de Namur. Interprété par le duo Serge Larivière et Stéphane De Groodt, Formidable raconte le naufrage de deux tendres paumés un peu pathétiques, que leur rencontre va aider à faire surface. Tandis que le premier se fait son petit cinéma pour échapper à son quotidien, l’autre doit faire face au désastre de sa vie quand sa femme le quitte, que sa banque le lâche et que sa fille s’éloigne. Un accident anodin les met en présence et, par une suite de circonstances, le premier s’installe chez le second : les voilà liés.

Formidable de Dominique Standaeert

Mathieu (Serge Larivière) est complètement bigleux mais il fait clignoter ses petites loupiotes, son outil de travail quand il aide les enfants à traverser la rue, et puis il se veut marshaller, il rêve de faire décoller les avions. Autrement dit, dans un quotidien désastreux de chômeur, il plane. Marc (Stéphane De Groodt), lui, ne rêve pas beaucoup : ce sont les gyrophares de police qu’il vend qui clignotent. Formidable est un film qui clignote de partout, avec ses magnifiques plans de la ville, des tramways et des camions poubelles, images tournées en Haute Définition par Rémon Fromont. Et ça clignote non seulement en termes d’images mais aussi en termes d’humour. À part quelques moments vraiment burlesques et des répliques servies par un Serge Larivière royal dans son rôle de tendre benêt, l’humour y est en forme de clin d’œil.

Mais peut-être que tout cela est un peu trop léger. Le premier long métrage de Dominique Standaert, Hop ! était une fable sociale énergique et doucement délirante. Ce second film pêche par manque de cette énergie réjouissante et des joies de la fable. Ici, elle est vraiment en mode mineur. Pas toujours totalement réussi, parfois maladroit et manquant de rythme tant au niveau de la forme que dans l’écriture, Formidable n’en est pas moins un film chaleureux et drôle qui emprunte de petits sentiers improbables, absurdes et savoureux, pour conter cette histoire, humble et tendre, d’hommes qui luttent modestement pour s’en sortir.Après avoir expliqué pourquoi les femmes tournent leurs pailles dans leurs verres (selon Mathieu, elles crient « Au secours, je me noie » et attendent un maître nageur), les deux comparses passent leur temps à faire tourner leur cuillère dans leur tasse. Et sur le mode de la boutade, deux arabes se seraient fait passer pour des flics juste avant un bal de la police où le thème des déguisements est justement celui du Maghreb.

formidable de Dominique Standaeert

Formidable est produit par Patrick Quinet pour Artémis Productions, en coproduction avec les Flamands d’ A Private View et la RTBF. Le film, qui a été soutenu par le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Communauté française de Belgique, le Vlaams Audiovisueel Fonds et le Programme MEDIA de la Commission européenne a été produit très exactement comme une autre comédie du même genre Man zkt Vrouw (Pas sérieux s’abstenir), de Miel Van Hoogenbemt, où la production principale était assurée par A Private View en coproduction avec Artémis. Cette coopération belgo-belge entre dans le cadre des rapprochements entre les deux fonds de soutiens, dirigés respectivement par Henri Ingberg et Pierre Drouot.

 

commentaires propulsé par Disqus