Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
07/09/2009
 

Formidable et Hop! de Dominique Standaert

La Totale

Après le passage en salles de Formidable, le deuxième long métrage de Dominique Standaert, il était logique d'en attendre une sortie DVD. Mais à cette occasion, le distributeur Come and See est d'humeur généreuse. C'est un double DVD qu'il nous propose, avec l’intégrale des films «pro» de Dominique Standaert, … et plus encore.

On est ravi d'avoir ainsi l'opportunité de braquer le projecteur sur le travail de Dominique Standaert, cinéaste peu prolixe (un court et deux longs métrages en dix ans), mais professionnel compétent, passionné, minutieux et affable comme nos voisins nous les envient. En un quart de siècle, il a exercé, dans le cinéma, les métiers les plus divers : assistant réalisateur, chef op’, directeur photo, chargé de production, producteur exécutif, on en passe… Il accumule les collaborations avec les plus grands noms du cinéma belge, comme Delvaux (2ème assistant réalisateur sur l'Œuvre au noir), Van Dormael (E pericoloso sporgersi), Servais (Taxandria), Lamy (Combat de fauves), Hugo Claus (De Verlossing)… , avant de se lancer lui-même dans l’aventure de la réalisation à l’aube de la quarantaine.

Eau, son premier court métrage, qui obtient le grand Prix de la Communauté française à Namur en 1998, est une adaptation d'une nouvelle de Jef Geeraert. C'est une œuvre parfaitement maîtrisée d'un point de vue technique : une somptueuse photographie en noir et blanc, très contrastée, avec des noirs profonds et qui tire bien parti de l'élément liquide dans laquelle elle baigne. L'œuvre est toutefois moins réussie d'un point de vue narratif, le réalisateur n'ayant pas réussi à inclure, dans l'espace de douze minutes, ce qui faisait la substance de la nouvelle.
Eau figure sur le premier DVD, en bonus de Hop, le premier long métrage de Dominique Standaert. La réédition de ce dernier est d’autant plus bienvenue que Hop n’a jamais bénéficié d’une distribution DVD en Belgique francophone. Le film est pourtant excellent et avait récolté, en salles, un succès public et critique tout à fait respectable. Ce boycott est d’autant moins compréhensible que Hop est une comédie familiale qui se prête tout à fait à une vision à domicile. C'est une fable morale parfaitement équilibrée entre constat social, satire politique, comédie gentiment délirante et histoire sentimentale.
Justin, 13 ans, vit à Bruxelles avec son père, un clandestin congolais. Suite à une querelle de voisinage, le père de Justin est expulsé. Lui, échappe de justesse aux forces de l'ordre et est recueilli par un ancien terroriste des «cellules communistes militantes» (sic!). Avec l'aide de ce dernier, Justin entreprend de contraindre les autorités à ramener son père en Belgique. Et Justin est déterminé...

Le film est un petit miracle. Il réussit à trouver un ton juste, éminemment belge, qui accroche le spectateur au quart de tour en tirant parti de manière originale d'ingrédients hautement improbables. Car Hop ! est un patchwork de thèmes scénaristiques variés, mêlant joyeusement politique d'asile, attentats CCC, communauté africaine de Belgique, football (avec un caméo d'Emile M'Penza) satire policière et on en passe… Sa Belgique est un mélange bon enfant de Wallons, Flamands et Bruxellois comme dans les années cinquante, où chacun, à l'écran, parle sa langue. Il est tourné en vidéo HD, mais en noir et blanc (d'abord photographe, Dominique adore le noir et blanc). Il met les grands noms de la scène belge (Jan Decleir, Antje De Boeck, Alexandra Vandernoot, Erico Salamone, Serge Larivière, Peter Van den Begin) sur le même pied que des comédiens amateurs ou débutants (Mbuyi Kalomba, Ansou Diedhiou,…). On avait donc mille raisons de crier casse-cou, mais Dominique Standaert réussit l'impossible alchimie. En dépit de quelques lourdeurs, Hop est un petit bijou de tendresse et d'humour, avec un ton résolument unique. Un des 20 meilleurs films belges de ces vingt dernières années. Pas moins.

Tourné cinq ans après Hop, Formidable, projet pourtant moins osé (quoique…), a davantage de peine à trouver ce merveilleux équilibre. C'est la rencontre de deux hommes que tout oppose, mais qui passent par la même phase de remise en question. Marc et Mathieu ont perdu leur boulot, leur femme, et toute leur vie part en quenouille. Egalement paumés, ils vont se rapprocher, au cours d'une incroyable odyssée hivernale, dans les Ardennes, et finalement s'aider l'un l'autre à se dépasser.

Comme Hop, on reste dans le registre de la comédie sociale, avec la même ambition de faire une fable doucement délirante au départ d'une situation tragique. Le film est tout aussi écrit, mais fonctionne cependant différemment, autour du contraste des contraires. D'un côté, l'ex-salarié de la Sabena, davantage habitué à se laisser aller au fil de la vie ne prend pas les choses au tragique et se projette dans le rêve. De l'autre, l'indépendant habitué à toujours aller de l'avant, mais qui, en pleine crise de confiance, se retrouve bloqué. Le couple Serge Larivière et Stéphane De Groodt assure avec professionnalisme, mais ne pétille que trop rarement. Il en résulte un film en demi-teintes, truffé de situations cocasses ou émouvantes, agréable à suivre, mais sans beaucoup de tonus, et qui n'entraîne que trop rarement son spectateur à sa suite.

En bonus, on retrouve le Making of original et sympathique de Joachim Weissmann, Les cuisines de Formidable, qui prend pour fil conducteur le catering qui nourrit l'équipe tout au long du tournage, ainsi que le court métrage d'étude de Yann Bêtant Ecoute le vent. Le film est sympathique, sa parenté avec l'un des sujets clés de Formidable(l'amour des avions) est évidente, mais au-delà de cela, on s'explique mal sa présence sur ce disque. Elle a au moins le mérite d'aider un jeune réalisateur plein de promesses à se faire connaître et à accroître son audience. Et cela, Dominique, qui est aussi enseignant à l'INRACI, ne peut qu'y être sensible. 

Hop ! et Formidable de Dominique Standaert, double DVD édité et distribué par Imagine Film

commentaires propulsé par Disqus