Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/10/2008
 

Go Fast, au coeur du trafic

Go, go, go, go, goooooooooooooo

Marek, officier de police, vient de perdre son collègue et meilleur ami lors d'une opération contre un réseau de trafiquants de drogue. Il est formé pour infiltrer un gang qui importe de la résine de cannabis en grande quantité depuis l'Espagne grâce aux Go Fast, des bolides surpuissants et chargés de drogue qui filent à toute allure vers les cités... Le film s'inspire de faits réels.

 

Les amateurs de tabac aromatisé seront ravis de découvrir le parcours sinueux de la résine de cannabis en provenance des plateaux du Rif marocain pour atteindre nos rivages. Certains éprouveront peut-être le goût âcre du sang qu'il a fait couler pour frayer son chemin jusqu'à eux. Les petits dealers qui prennent naïvement d'énormes risques en remontant en fin de vacances quelques kilos de pains, seront surpris de connaître les moyens déployés par les gros trafiquants pour ne pas se faire choper. Là où nous, citoyens en règle d'impôts, serons interloqués, c'est en voyant le système mis en place par la police pour pister les gros requins : satellites, appartement et voiture entièrement truffés de caméras, des centaines de flics déguisés prêts à intervenir, hélicoptères, etc. Il est vrai que la drogue, c'est très mauvais pour la santé !

 

Go Fast est donc un film d'action, avec des scènes super rapides, des courses-poursuites, des coups de feu, des blessés et des morts. Scénario classique, les flics sont les gentils et quand l'un d'eux se fait descendre, son ami veut la peau de l'assassin. Il infiltre le milieu des trafiquants (les méchants), il est sur le point de faire tomber le gang et de venger son ami. Y arrivera-t-il ?

Grâce à Olivier Van Hoofstadt, la Belgique francophone a son film d'action, réunissant de grosses pointures comme Roschdy Zem (il n'est pas Belge, mais on veut bien l'adopter), le Nicolas Cage de ce film et Olivier Gourmet, notre Robert De Niro, qui, de toute évidence, a pris un sérieux plaisir à incarner ce rôle d'officier de police. Atout que le réalisateur a eu l'intelligence de jouer pour s'attirer le public cinéphile.

 

Si la grisaille de l'automne vous démoralise et que vous souhaitez perdre deux heures devant un film qui ne vous fait pas réfléchir, ne poussez pas la porte d'un des films d'action US qui envahissent les écrans, choisissez Go Fast, c'est identique, mais c'est du Belge (franco-belge), et c'est basé sur des faits réels; Jean-Marie Souvira, le co-scénariste, est un commissaire encore en fonction.
 

 

commentaires propulsé par Disqus