Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/08/2001
Mots-clés : publication
 

Godin par Godin

Cornegidouille, Godin par Godin c'est dingo.
Dans les années soixante, Noël la menace, cinéphile enragé, tint rubrique dans Les Amis du Film, une revue catholique dont la culture cinématographique devait se résumer à Chiens perdus sans collier, la Mélodie du bonheur et autres calembredaines pour ethnologues des années cinquante. C'est dans ce contexte que notre cinéphile averti publia dans ladite revue une série d'informations toutes plus fausses les unes que les autres avec un aplomb tel que certains quotidiens, les prenant pour argent comptant, leur donnèrent un écho inespéré au grand dam des intéressés. On imagine la stupeur de John Huston découvrant qu'il avait troqué le whisky et les jolies filles pour la prière grâce à Bernadette Devlin !
Suivent pour la bonne bouche, pardon, le fin bec, les chroniques du Cinémaroufle parues dans le célèbrissime magazine Visions entre 1982 et 1985. Outre le savoureux : " A pisser dans sa culotte ", nous vous recommandons : "Le Cinémaroufle vend la mèche". Vous y découvrirez que c'est avec la " collaboration technique expresse de l'Oud Zottegem qu' Henri Storck a gargoté son scabreux Banquet des fraudeurs (1951). " Et s'il n'y avait que Storck !
Mais nous apprenons avec effroi ou jubilation (selon notre tempérament), que bien d'autres cinéastes biberonnent la Oud Zottegem : Benoît Lamy, Jean-Marie Buchet (nous avions toujours cru ce dernier pelliculivore), Robbe De Hert, David McNeil, Thierry Zéno, Mara Pigeon, etc.
Garçon ! Une Oud Zottegem, et que ça saute ! Quant à Mara Pigeon, elle se voit offrir un panégyrique dont nous ne résistons pas à vous offrir un extrait : "Oui, lanturlu ! ce qui immunise jouassement Mara Pigeon contre le tartignolisme dégoulinant des très lugubres débusqueurs du réel grenouillant dans les multiples vidéo-réalités parties, c'est son profond, virulent, inendiguable et, pour tout dire, anarchisant égoïsme ".
Que Mario Bava, Jean-Pierre Mocky ou Gérard Blain soient les incontournables du maroufle n'empêche guère celui-ci de faire preuve d'une connaissance imparable des films muets, de magiciens comme Powell, Mamoulian, Aldrich, Kubrick, Franju ou Cocteau mais aussi de " petits maîtres " comme Corman, Gordon Douglas ou William Castle. Le tout est emballé d'une préface gloupinesque de Jean-Pierre Bouyxou plus brindezingue que jamais.

Godin par Godin, Ed. Yellow Now, 15, rue François Gilson, 4367 Crisnée

commentaires propulsé par Disqus