FacebookTwitter
01/03/2005
 

Home Sweet Gnome de Marie-Laure Guisset

Un gnome qui habitait dans un champignon dans les bois se retrouve enfermé dans un frigo, sa maison ayant été cueillie. C’est là qu’il va trouver l’amour avec une jolie petite esquimaude. Lauréat du prestigieux Grand Prix Cinergie 2005 du meilleur court-métrage d’animation belge, Home Sweet Gnome est ce que l’on appelle un TRES court métrage. En moins de temps qu’il en faut à Sa Sainteté Jean-Paul II pour dire « bonjour », Marie-Laure Guisset nous raconte pourtant dans un souffle épique la plus grande histoire d’amour portée à l’écran depuis Autant en Emporte le Vent. Comment ça j’exagère ?… Bon, disons depuis Rox et Rouky alors… Bien entendu les âmes chagrines en manque de rationalisation ne manqueront pas de s’adonner aux interprétations les plus farfelues : le champignon cueilli serait-il une métaphore anti-drogue extrêmement subtile ? Le rapprochement gnome-esquimau serait-il un bras d’honneur rageur envers les préjugés et le racisme ? Le frigo serait-il l’emblême cynique d’un monde où le capitalisme est roi mais dans lequel l’amour est bel et bien possible ? Les nains sont-ils tous méchants ? Et qui a tué Kennedy ?

image du film home Sweet Gnome de Marie-Laure Guisset

Rien de tout ça évidemment... Le film de la jeune et prometteuse Marie-Laure Guisset est avant tout une petite merveille d’humour et de tendresse, au graphisme agréable, rappelant les dessins-animés de notre (enfin de ma) jeunesse avec des personnages tellement gentils et adorables qu’ils feraient passer Charles Ingalls pour un officier nazi nécrophile. Par ailleurs, on n’avait plus vu un aussi beau couple de gnomes à l’écran depuis Dustin Hoffman et Tom Cruise dans Rain Man.

Home Sweet Gnome nous offre une morale simple mais universelle et admirable : si même un gnome peut trouver l’amour dans un frigo… euh… et bien… tout le monde peut trouver l’amour… dans un frigo… Ou quelque chose comme ça… Autorisez-vous un bref retour en enfance de deux petites minutes, vous ne le regretterez pas, ce Home Sweet Gnome est drôle, mignon, délicieux et dénué de tout cynisme.

Grégory Cavinato

commentaires propulsé par Disqus