Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
décembre 2008
29/12/2008
Mots-clés : sortie en DVD,
 

J'ai gagné un million ! et Les Gangsters de l'expo - Belfilm

C’était au temps où Bruxelles bruxellait.

C’est devenu une habitude, Cinergie s’est encore plongé dans la collection Made in Belgium que l’archéologue du cinéma, Paul Geens, ne cesse d’exhumer. 
Les « spécimens » retrouvés semblent inépuisables et ce n’est pas un, mais deux DVD que l’asbl Belfilm sort aujourd’hui avec la société d’édition Come and see. Deux longs métrages et quatre bonus pour le plus grand plaisir des nostalgiques du Bruxelles des années trente.


J'ai gagné un million et les gangsters de l'expo

DVD 1
J'ai gagné un million ! d’Og Calster
Quand un petit fonctionnaire du Ministère des Colonies gagne 1 million (de francs belges) à la Loterie Nationale, il parcourt les grands magasins et les cafés, rencontre des gens mal intentionnés et rentre, le soir venu, aussi, voire plus démuni que la veille. Une bonne illustration du proverbe « jeter l’argent par les fenêtres » qui prouve que si les époques changent, la vanité  persiste. Ce film populaire en dialecte bruxellois, avec chansonnettes et numéro de claquettes, est dans la droite lignée des comédies de Gaston Schoukens. Du Mont des Arts au bois de la Cambre, en passant par les clubs et les dancings de brussels by night, nous suivons de près notre pigeon perdant plume après plume. Le manque de moyens (le film a été en partie financé par les commerçants de la capitale en échange de leur publicité dans le film) engendre des ellipses pour le moins…surréalistes !

Bonus  
Le petit monde de ma grande ville : documentaire sur Bruxelles  de Paul Flon - 1970 -11’
Traditionnelle balade dans la ville, commentée par une voix-off un peu ampoulée qui trouve le pendant parfait sur le DVD 2 avec Reflets de Paris. Vous n’échapperez pas à la Grand Place sous l’œil vigilant des statues d’apôtres qui décorent l’hôtel de ville, au marché du Jeu de Balle où les objets sur le sol semblent, depuis, inchangés, à la foire du midi et aux fêtes populaires traditionnelles.
N’oubliez pas le spectacle de marionnettes de Toone et son savoureux parler bruxellois, le petit monde des colombophiles, celui des tireurs à l’arc et autres joueurs de boules, puis allez prendre une gueuze pour digérer le tout.
Sonate à Bruxelles : court métrage de 1955 d’Émile Degelin – 15’
À l’inverse du précédent, Sonate à Bruxelles n’est pas une carte postale promotionnelle et cliché, mais un véritable film de ville dans la plus pure tradition. On n’en attendait pas moins d’Emile Degelin qui nous avait déjà impressionnés avec Palaver également édité dans la collection Made in Belgium.
Le générique est, à lui seul, un petit bijou d’inventivité où les enseignes lumineuses sont comme la promesse de belles aventures guidées par le piéton lumineux du feu de signalisation. La caméra fait de jolis allers-retours entre les bâtiments de la Grand Place et les visages des bruxellois, filme les salades du marché comme des étoiles éclatées, les objets de la Place du Jeu de Balle comme les vestiges d’un lointain passé. Pas de commentaire superflu, les images parlent d'elles-mêmes. La ville se reflète dans les flaques d’eau, images abstraites et lumineuses d’où se dégage une dimension poétique proche de celle d’un Joris Ivens et de son remarquable documentaire sur Amsterdam, Regen (La Pluie).

DVD2
Les Gangsters de l'expo d’Emile Georges de Meyst
Long (mais court) métrage d’Emile Georges de Meyst, Les Gangsters de l’expo est un peu « la rencontre fortuite d’un parapluie et d’une machine à coudre sur une table de dissection ». Dans le rôle du parapluie, la famille Meulemans de Bruxelles et son accent à couper au couteau. Dans celui de la machine à coudre, la famille Barbaroux de Marseille, (peuchère !). Le rôle de la table de dissection, quant à lui, est tenu par un couple d’escrocs parisiens se faisant passer pour des Anglais. Ce petit monde bigarré va se trouver emporté dans une folle histoire avec, pour décor, l’exposition des Arts et Métiers de Paris qui eut lieu en 1937.

Bonus
Interview d’Emile Georges De Meyst.
Quelques mois avant sa disparition, le réalisateur visiblement malade et fatigué, accorde une interview filmée. Presque couché sur un fauteuil, il parle, avec difficulté, des prémisses du film et de son « ratage » par manque de moyens. Une question morale se pose alors. Est-il justifié, sous le prétexte de léguer un patrimoine cinématographique, d'utiliser de telles images d’une tristesse incommensurable ? Le débat est ouvert…
Reflets de Paris : court métrage documentaire de Paul Flon - 1974 – 12’
Voir la critique du film Le petit monde de ma grande ville du DVD1, transformez Bruxelles en Paris, mettez-y la couleur et quelques parallèles entre la ville réelle et la ville vue par les peintres et vous aurez une idée juste de ce court métrage. Allez boire un verre de vin rouge pour digérer.


J’ai gagné un million ! d’Og. Calster -  1938 – 70’
Scénario : Ed. Bodart, Og. Calster - Musique : Henry Wyn - Photographie : Paul Flon, Thierry Goede - Montage : Marguerite Beaugé - Production : Bruxelles-films
Avec : Jean Schouten, Jane Marceau, Walter Ruffax, Mauville, Alex Mondose, Lucien Prad, Marjorie King, Sartène, Marcel Roels et Simone Max.

Les Gangsters de l’expo d’Emile Georges De Meyst – 1936 – 70’
Réalisation Scénario : Reno Barcker - Musique : Géo Falcq - Photographie : Geo Clerc - Montage : Raymonde Delor  - Production : Francia-Belgica
Avec : Georges Keppens , Georgette Méry, Dupret, Charblay, Milly Mathis, Lily Carmita, Christiane Delyne, René Herdé, Bever, Gildès.

Double DVD édité par asbl Belfilm vzw // Come and see.
 
commentaires propulsé par Disqus