Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/06/2000
Mots-clés : portrait,
 

Jean-Marie Buchet

 Né à Jemappes en 1938, Jean-Marie Buchet confie à l'âge de douze ans, à un condisciple, après avoir échoué à un examen : " plus tard je ferai du cinéma !" A dix-neuf ans, il essuie les plâtres de la première classe de cinéma de La Cambre et en garde un souvenir inoubliable (pas de budget, pas de matériel).
Après avoir travaillé aux laboratoires Meuter-Titra, il travaille avec le cameraman Willy Kurant. En 1963 il réalise son quatrième court métrage : La journée de Monsieur chose et l'année suivante, Que peut-on bien faire le dimanche après-midi quand on n'a pas la télévision ? Cinq ans plus tard il met en scène Hommage à Don Helder Camara. En 1975, il entreprend La Fugue de Suzanne, son premier long métrage dans des conditions aujourd'hui inimaginables (100.000FB de budget !). Il récidive cinq ans plus tard avec Mireille dans la vie des autres, un long métrage tourné pendant six semaines, en studio, produit par Godfroid Courtmans. L'humour, sur le fil du rasoir, voisine avec l'absurde, un peu à la manière des film tchèques des années soixante.
Sélectionné à San Remo et à Moscou, le film n'obtient pas le succès public escompté. Buchet fonde Pauvres mais Beaux, une maison de production et retourne au court métrage : Les Meilleurs en 1982 et Dupont Durand en 1989, monte Passions froides un long métrage qu'il ne désespère pas de réaliser malgré le désistement de son producteur au dernier moment. Critique de cinéma à Grand Angle, il dirige un atelier d'écriture à l'ELICIT et supervise la restauration des films de la Cinémathèque de Belgique. Le mois dernier il a tourné Horrible, un court métrage dont votre webzine favori rend compte du tournage.

commentaires propulsé par Disqus