Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/12/2005
Mots-clés : portrait,
 

Jonas Geirnaert

Jonas Geinaet n’a pas sa langue en poche. Flatlife, son second court-métrage sélectionné au Festival International du Film de Cannes, en 2004 obtint le prix du court métrage. Montant sur scène, tel un prestidigitateur il n’hésita pas affirmer son souhait que le jury du Festival donne la Palme d’or à Fahrenheit 11/9 de Michaël Moore. Ce qui, comme vous le savez, advint. Un Voyant, Jonas ? Non simplement un garçon qui a des opinions politiques fortes. La guerre en Irak, le révulse. C’est le sujet de son premier film : The all american alphabet, un film bref et d’un humour redoutable. D’ailleurs vous pourrez vous en convaincre en vous procurant le DVD de Flatlife édité par Come and see, une jeune maison d’édition, il y figure comme l’un des bonus de Flatlife (voir notre entretien filmé et notre rubrique En DVD). Nous avons photographié Jonas, en juillet 2005.

 

commentaires propulsé par Disqus