Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/06/2002
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Krash de Frédèric Guillaume

 Dans un proche avenir, un crash boursier survient, un de trop. Tout ce qui était argent disparaît. S'ensuit un chaos généralisé, avec son cortège de destructions, de pillages, de famines et de fuites vers un ailleurs inexistant. Mais derrière ce monde qui s'écroule, un autre apparaît, dans lequel les survivants reprennent petit à petit possession de l'espace public comme l'herbe repousse entre les plaques de béton.
La vie s'organise à nouveau et une nouvelle société apparaît, davantage soucieuse des hommes et adaptée à son environnement. Sous les pavés, la plage. Depuis que l'imagination au pouvoir a cédé la place à un conformisme économique grisonnant, l'utopie, genre très porté au cinéma dans les années 70, avait quasiment disparu des écrans. Le jeune Frédéric Guillaume s'y frotte avec courage dans son premier film. Tant par le propos que dans la forme, on ne peut manquer d'évoquer l'An 01, ce grand happening des seventies orchestré au cinéma par Doillon sur une histoire de Gébé. Avec la différence que là, c'étaient les gens qui, au terme d'une réflexion collective, décidaient d'arrêter la machine à produire. Ici, il faut pour cela que le système se plante, victime de son propre absurde, sans que la volonté humaine y ait une quelconque part.. Comme si leur destin avait définitivement échappé aux hommes. Désagréable signe des temps. L'auteur n'en témoigne pas moins de sa foi dans la capacité de l'homme à survivre, à se réorganiser, à s'adapter à son environnement et finalement, à construire, au delà du matérialisme, un monde à dimension plus humaine.

commentaires propulsé par Disqus