Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/03/1997
 

L'Amateur, film en forme de poire d'Olivier Smolders

Sur le terrain de la transgression, on attendait beaucoup de l'Amateur d'Olivier Smolders. On en connaît l'argument délibérément minimal, celui d'un cinéaste en chambre invitant des inconnues rencontrées dans la rue à se dévêtir devant sa caméra.L'Amateur, film en forme de poire d'Olivier Smolders On sait aussi que parti d'un projet de type expérimental et non-narratif, Smolders s'est finalement décidé à y adjoindre un récit en voix off. C'est sans doute là que le bât blesse, car ces deux intentions se contrecarrent l'une l'autre (la qualité du texte n'étant pas en cause) et le film se remet mal de cet insatisfaisant entre-deux. Du coup, parce qu'insuffisamment ritualisée, la mise à nu - qui était au coeur du projet - ne se charge d'aucun trouble et frôle même l'indifférence et la banalité, quelque soit la singularité des sujets filmés. Cependant, le film gagne en puissance dans sa deuxième partie, lorsqu'il se mue en un théâtre purement fantasmatique et que la caméra, se rapprochant des corps, se fait plus caressante. Il reste à dire qu'Olivier Smolders filme admirablement les visages (ce n'est pas un mince compliment) et que le haut niveau d'exigence auquel nous a habitués son cinéma explique en partie notre déception. On attend la suite avec d'autant plus d'impatience.

commentaires propulsé par Disqus