Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Juillet 2016
 

L'Attrait du vent de Benjamin Thomas

L'éditeur liégeois Yellow Now réalise depuis des décennies un remarquable travail sur les arts et sur le cinéma. Les écrits proposés sont des monographies de cinéastes, des analyses et études de films ou encore des essais thématiques. Et Benjamin Thomas a trouvé avec le thème du vent, un objet d'étude passionnant et apriori difficile. En effet, intangible, abstrait, invisible, le vent ne prend vie que dans les matières qu'il agite et met en mouvement, les feuilles d'un arbre, les cheveux, les tissus, etc. Avec une grande liberté et une érudition jamais pompeuse et toujours pertinente, Thomas nous emmène dans un voyage, éminemment subjectif dans sa construction, créant des liens surprenants entre les films et entre les époques mais toujours argumentés avec intelligence. De son apparition incontrôlée dès les débuts du cinématographe (Le Repas de Bébé, Lumière, 1895) jusqu'à sa mise en scène très précise dans L'Eclipse d'Antonioni (1962) ou le bien-nommé Le Vent de Viktor Sjöström (1928). Le vent parcourt tout le cinéma. Mais ce voyage n'est pas qu'émotionnel, l'auteur est professeur et théoricien du cinéma, il est aussi traversé de concepts et de références (Bazin Schérer, etc.) qui peuvent rebuter mais qui sont toujours mis en perspective par des exemples très bien décrits. La présence, durant tout l'ouvrage de nombreux photogrammes (paradoxe dès lors que le vent n'est pas fixable en tant que tel) éclaire magnifiquement cette histoire du cinéma inédite. A noter, un article passionnant sur le cinéma de Ozu complète à merveille le coffret que vient de sortir l'éditeur Lumière.

commentaires propulsé par Disqus