Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/08/2000
Mots-clés : critique de cinéma,
 

L'Avenir est un long passé de Vincent Jaumotte

Pétales de pierre
 Parmi les travaux de réalisation de fin d'études des ateliers de l'école de cinéma l'INRACI fut projeté L'Avenir est un long passé  de Vincent Jaumotte. Par ce documentaire témoin de 24 minutes le réalisateur a capturé les ultimes images d'un artisanat bien de chez nous, la dernière ardoisière souterraine en exploitation en Belgique. Ce film nous propose un voyage intemporel à l'époque oubliée des techniques d'extractions minières, radiées de notre éventail de professions depuis la fermeture des mines de charbon. Ce document nous propose, des images pleines de relief, de mineurs tirant et poussant leurs wagonnets par 180 mètres de fond ainsi que le travail tout en finesse et en expérience du débitage en ardoises parfaitement calibrées des blocs de schiste des tailleurs travaillant au ciseau sur le carreau de la mine.
Se passant d'un noir et blanc trop réducteur, le film couleur balance entre tous les contrastes, entre fond et surface, lumière et pénombre, le danger rehaussé par la crasse des gueules noires et la fine rigueur tout en précision des artisans travaillant en atelier. Fascinant par son sujet que l'on pourrait croire venu d'ailleurs, le film de Jaumotte captive par la filiation, autant sociale que graphique, avec les documentaristes belges allant de Storck aux frères Dardenne.
Pour sûr ce documentaire n'est pas un chef d'oeuvre imperfectible (cela reste un premier film) mais le regard posé sur cette tradition ouvrière ne peut laisser indifférent. Une distinction de choix, comparée aux sujets attirant habituellement les jeunes réalisateurs, de par son traitement et de par la qualité et la beauté des images (le réalisateur s'est adjoint d'alpinistes pour sécuriser le tournage des plans souterrains).
Le témoignage des ouvriers, tout en vérité et totalement décalé par rapport aux valeurs du travail véhiculées par les médias, ajoute encore au poids de ce profond documentaire rappelant que cette fleur de pierre couvre encore et toujours nos bâtiments les plus prestigieux. Mais pour combien de temps encore sera-t-elle en exploitation dans notre Ardenne ?

commentaires propulsé par Disqus