Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
mars 2007

Vidéo

Entrevue

Critique

Sortie DVD

Arrêt sur image

Dossier

Evénements

Film dessiné

Publication

Tournage

08/03/2007
 

L’aventure Fly Me To the Moon conduite par le studio bruxellois nWave

En fin de festival, Anima organisait une rencontre avec Jérémie Degruson et Philippe Tailliez, respectivement directeur artistique et directeur de l’animation de la société nWave. Avec l’aide d'une soixantaine d’infographistes, d’animateurs et d’autres comparses, ils travaillent d’arrache-pied sur l’ambitieux long métrage d’animation, Fly Me To the Moon réalisé par Ben Stassen. Outre son procédé de projection en 3D et ses images de synthèse, il s’agit d’un projet belge à partir d'un scénario 100% américain.

 

Fly me to the moonC’est dans les années 50 que le procédé du relief fut popularisé, entre autres par le roi de la série B William Castle. Procédé particulièrement révolutionnaire, il intéressa aussi une poignée de cinéastes prestigieux tel Alfred Hitchcock. Ayant tourné son fameux Dial M For Murder (Le Crime était presque parfait) en 3D, il fut cependant contraint d’abandonner l’idée d'une exploitation avec ce procédé pour des raisons financières mais également à cause de la frilosité des studios. Néanmoins, beaucoup de films en 3-D se tournent dans les années 60 mais le public s’en lasse assez rapidement, jugeant le relief mal exploité et peut-être trop estampillé série B ou Z.  

Malgré un timide retour au début des années 80, principalement avec des films extrêmement médiocres (Les Dents de la Mer 3, …), la 3D va s’exposer progressivement sur d’autres écrans : ceux des parcs d’attraction. Avant de revenir au cinéma sous l’impulsion des innovateurs James Cameron (Avatar), Robert Rodriguez (Spy Kids 3) et Robert Zemeckis (Beowulf). 
Dans un futur proche, certains réalisateurs, attentifs aux avancées technologiques (avènement des images de synthèse et de la HD) et aux nouvelles perspectives qu’offre la 3D (bouleversement de la relation film/spectateur), envisagent même de ressortir leurs films. C’est le cas notamment de Tim Burton avec son Étrange Noël de Mr Jack et de Georges Lucas avec sa saga Star Wars.

Parallèlement à ces projets, Fly Me To the Moon se distingue par son approche résolument risquée : la superposition du relief, des images de synthèse et du format long. L’histoire : trois sympathiques jeunes mouches américaines, Nat, I.Q. et Scooter, s’embarquent à bord de la mission Apollo 11, direction la Lune. Problème : dans ce contexte de guerre froide, de méchantes mouches soviétiques vont chercher à contrecarrer leurs rêves d’aventures. 

Fly me to the moonPour donner vie à cet univers, George a fait appel à Albert parce que le studio nWave, spécialiste de la 3D, est basé à Forest ! C’est le premier projet d’envergure pour cette structure plus habituée aux films institutionnels et aux pubs, mais surtout aux "Ride", des films courts en formats spéciaux souvent destinés aux salles IMAX et aux parcs d'attraction. À Anima justement, Philippe Tailliez et Jérémie Degruson ont présenté des images exclusives du film que les spectateurs ont pu découvrir et apprécier grâce aux lunettes adaptées. 

On le sait, la conception des longs métrages d’animation contemporains prend du temps. Dans cette logique, Fly Me To the Moon, en chantier depuis 2005, devrait, si les tapettes et pesticides restent tranquilles, être finalisé en décembre 2007 ! Reste à savoir si l’équipement des salles (écran et projecteur adapté) suivra pour accueillir d’autres initiatives du même genre.

 

Katia Bayer et Grégory Cavinato
commentaires propulsé par Disqus